Bernieshoot

Web Journal Toulousain éclectique et foisonnant où la qualité domine l’actualité.

Ton corps devait languir dans la pénombre de ta chambre…

Septembre prenait fin. Un taxi attendait devant la porte de l’hôtel… Septembre, une micro-fiction signée Yves Carchon, écrivain, auteur de "Riquet m'a tuer" et de "Vieux démons".

mer vague rocher algues pornic
Courtesy © Bernieshoot

Septembre

La nuit, nous entendions la mer se fracasser en lourds paquets d’écume contre les roches de la falaise.

Septembre prenait fin. Un taxi attendait devant la porte de l’hôtel.

Il avait plu.

On avait tiré la marquise.

Les enfants ronchonnaient ; nous regagnions sans hâte nos pénates. Les jours heureux avaient fini par déserter nos vies. Je repensais aux vacances passées, à toi, à tes enfants, à ton mari qui souriait béat parce qu’il t’aimait au quotidien.

C’était toujours le même scénario qui s’écrivait en lettres tristes dans ma tête.

Toi, sans un mot, tu retrouvais ta chambre. Tu t’y cloîtrais, ayant confié tes deux enfants à J.

Seule, tu comptais les heures et arpentais ta chambre, te guignais dans la glace n’osant même plus te dévêtir.

A peine rentré, je t’adressais de longues lettres insensées.

Je parlais de ferveurs, de doutes et de mes rêves.

Ne tentions-nous pas de vivre un nouvel être ?

J’aimais t’imaginer vaquant à tes occupations, errant par les couloirs de ton trop vaste appartement aux murs couverts de tapisseries élimées, aux chambranles de portes vernissés et trop froids. Il te prenait, chère âme, envie de fuir cet univers trop confortable, dorlotée par les soins d’un mari bien étrange.

Mais peut-être entendais-je les cris de tes enfants jouant à chat perché dans la buanderie.

Peut-être les réprimandes de J. te faisaient-elles sourire.

Ton corps devait languir dans la pénombre de ta chambre avec ce lumignon de cigarette entre les doigts qui clignotait comme un néon.

Un long dimanche passé à écouter le monologue que poursuivait ton cœur.

Et une éternité pour moi qui t’espérais heureuse, même en pensée, quand coulait de ma chair le souvenir laiteux de nos bonheurs.

yves carchon auteur polar

Septembre, une micro-fiction signée Yves Carchon, écrivain, auteur de "Riquet m'a tuer" et de "Vieux démons".

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Mimi 30/09/2018 18:03

Septembre et sa reprise du quotidien...

Bernie 03/10/2018 17:46

aussi...

trublion 28/09/2018 08:48

et toujours son écriture imagée !
Bonne journée Bernie

Bernie 30/09/2018 16:46

C'est sa signature