Bernieshoot

Web Journal Toulousain éclectique et foisonnant où la qualité domine l’actualité.

Pirelli dévoile les coulisses du shooting du Calendrier 2019

Pirelli dévoile les photos des coulisses du Calendrier 2019, réalisé cette année par le célèbre photographe écossais Albert Watson, des instants d’exception entre le photographe et ses modèles.

Calendrier 2019 Pirelli

Les coulisses

Pirelli révèle ainsi une série de 26 photos exclusives du shooting réalisé entre Miami et New York* pour présenter la nouvelle édition de son calendrier.

Albert Watson, légende de la photographie de portraits, met en scène dans le Cal 2019 l’histoire de quatre femmes d’exception incarnées par Misty Copeland, Laeticia Casta, Julia Garner et Gigi Hadid.

 

Le Calendrier Pirelli 2019 retrace le parcours d’une danseuse, d’une peintre, d’une photographe et d’une femme d’affaires, ayant entrepris de grands changements dans leur vie et sur le point de réaliser leurs rêves.

A travers ses clichés, Albert Watson souhaite raconter leur cheminement, comprendre la puissance émotive de leurs rêves, les tournants décisifs, les moments de victoire et de défaite. Le photographe entend montrer comment ces femmes ont affronté les épreuves.

 

Depuis le milieu des années 1970, les clichés d'Albert Watson ont captivé les lecteurs de Vogue, ce dernier a réalisé une centaine de couvertures stupéfiantes dont plus de 40 pour le magazine Rolling Stone. 

Watson a pris des photos parmi les plus connues au monde, du portrait de Steve Jobs, pour la couverture de sa biographie, à celui de Kate Moss posant nue lors de son 19ème anniversaire en passant par la photo d'Alfred Hitchcock tenant une oie épilée.

*shooting réalisé en avril 2018 : Misty Copeland, Laeticia Casta, Julia Garner à Miami et Gigi Hadid à New York

 

JOUR 1 :Misty Copeland et Calvin Royal

Misty joue le rôle d'une danseuse dans un club de strip-tease du centreville.

Elle danse pour gagner sa vie et a un petit ami (Calvin). Ils vivent dans une petite maison déco et partagent le même rêve de devenir danseurs étoile.

Day 01 Misty Copeland   Calvin Royal III - 01368
© Alessandro Scotti

 

JOUR 2 Laeticia Casta et Sergei Polunin

Laetitia joue le rôle d'une artiste-peintre qui rêve de son avenir.

Elle vit dans un loft funky du centre-ville et vit avec son petit ami (Sergei) qui est danseur.

Day 02 Laetitia Casta   Sergei Polunin - 14302
© Alessandro Scotti

 

JOUR 3 Julia Garner et Astrid Eika

Julia joue le rôle d'une photographe qui travaille dans un jardin botanique qui photographie des plantes rares et rêve de devenir une photographe portraitiste bien établie.

Day 03 Julia Garner   Astrid Eika - 17976
© Alessandro Scotti

 

JOUR 4 Gigi Hadid et Alexander Wang

Gigi joue le rôle d'une femme riche et prospère, elle semble avoir tout réussi mais elle reste malheureuse.

Elle ne se sent en sécurité que dans son havre de bonheur, un appartement à New York, où elle reçoit le soutien de son meilleur ami/confident (Alexander).

Day 04 Gigi Hadid   Alexander Wang - 26424
© Alessandro Scotti

 

Albert Watson

 

 Depuis son début de carrière en 1970, Albert Watson s’est imposé parmi les photographes les plus couronnés de succès et les plus prolifiques au monde en associant l’art, la mode et la photographie commerciale à certaines des images les plus emblématiques de l’histoire.

Qu’il s’agisse des portraits d’Alfred Hitchcock et de Steve Jobs, des portraits de Kate Moss, des paysages de Las Vegas et des natures mortes d’antiquités du Roi Toutankhamon, la diversité de son portfolio est sans précédent.

Ses photographies impressionnantes et les superbes tirages qu’il développe lui-même figurent dans les galeries et les musées du monde entier.

Le magazine de référence de la photographie, Photo District News, l’a désigné comme l’un des 20 photographes les plus influents de tous les temps, avec Irving Penn et Richard Avedon, entre autres.

albert watson photographe
© DR

 

 

 Watson a remporté de nombreuses distinctions, notamment un prix Lucie, un Grammy, trois prix Andy, un prix Der Steiger, un prix Hasselblad Masters et la médaille du centenaire, une distinction décernée par la Royal Photographic Society britannique en reconnaissance d’une vie remarquable.

En juin 2015, la reine Élisabeth II a remis à l’Écossais un Ordre de l’Empire britannique (OBE) en reconnaissance des services qu’il a rendus durant toute sa carrière à l’art de la photographie.

 

Durant sa carrière, les photographies d’Albert Watson ont figuré plus de cent fois sur la couverture des éditions internationales de Vogue et dans de nombreux autres magazines, comme Rolling Stone, Time et Harper's Bazaar : il a réalisé des photos de mode ou des portraits emblématiques de stars du rock, de rappeurs, d’acteurs et d’autres célébrités.

Il a également signé les images photographiques de centaines de campagnes publicitaires pour des grandes entreprises, comme Blumarine, Prada, Gap, Levi’s, Revlon et Chanel. Il est l’auteur de douzaines d’affiches de films Hollywoodiens comme « Kill Bill » ou « Mémoires d’une geisha » et a aussi dirigé plus de 100 publicités télévisuelles.

 

Albert Watson a consacré une grande partie de son temps à des projets artistiques pour des expositions de musées et de galeries d’art, mettant en vedette ses célèbres portraits et photographies de mode ainsi que des clichés forts issus de ses voyages et intérêts personnels, tel qu’un charmeur de serpents au Maroc, une dominatrice à Las Vegas ou les montagnes spectaculaires de l'île de Skye en Écosse.

 

Il a publié cinq livres : « Cyclope » (1994, Éditions du Collectionneur) ; « Maroc » (Rizzoli, 1998) ; « Albert Watson » (Phaidon, 2007) ; « Strip Search » (PQ Blackwell/Chronicle 2010) et « UFO: Unified Fashion Objectives » (PQ Blackwell/Abrams 2010.)

Son dernier livre « Kaos », a été publié par Taschen à l’automne 2017. En outre, de nombreux catalogues de ses photographies ont été publiés dans le cadre d’expositions de musées et de galeries d’art.

 

Depuis 2004, le Musée d’art moderne de Milan, en Italie, le KunstHausWien de Vienne, en Autriche, le City Art Center d’Édimbourg, en Écosse, le FotoMuseum d’Anvers, en Belgique, le NRW Forum de Düsseldorf, en Allemagne, le Forma Galleria de Milan, le Fotografiska de Stockholm, en Suède, et le Multimedia Art Museum de Moscou, en Russie, ont accueilli des expositions consacrées à Albert Watson.

L’année 2013 a vu une grande rétrospective de sa carrière présentée aux Deichtorhallen d’Hambourg, en Allemagne, et comportant une nouvelle oeuvre réalisée au Bénin, en Afrique.

 

Les photographies d’Albert Watson ont également été présentées dans de nombreuses expositions collectives de musées, notamment à la National Portrait Gallery de Londres, au Metropolitan Museum of Art de New York, au musée des beaux-arts Pouchkine de Moscou, au musée de la photographie de Lianzhou en Chine, à l’International Center of Photography à New York, au Brooklyn Museum et aux Deichtorhallen.

Ses photographies figurent notamment dans les collections permanentes de la National Portrait Gallery, du Metropolitan Museum of Art, du Smithsonian, du Parlement écossais, du Deichtorhallen, du Multimedia Art Museum et du Museum Folkwang à Essen, en Allemagne.

 

Né et élevé à Édimbourg, en Écosse, Albert Watson étudie le graphisme à Duncan of Jordanstone College of Art and Design à Dundee ainsi que le cinéma et la télévision au Royal College of Art de Londres.

Bien que non-voyant d’un œil depuis sa naissance, il apprend la photographie dans le cadre de ses études. En 1970, il s’installe aux États-Unis avec son épouse, Elizabeth, qui travaille comme professeur d’école primaire à Los Angeles, où il se met à pratiquer la photographie principalement comme loisir.

 

Plus tard cette année-là, il rencontre un directeur artistique de Max Factor qui lui propose alors sa première séance photographique d’essai, dont la société achète deux clichés. Son style distinctif attire l’attention de magazines de mode américains et européens comme Mademoiselle, GQ et Harper’s Bazaar, qui lui proposent alors une séance avec Alfred Hitchcock, la première célébrité qu’il photographie.

Peu de temps après, Albert Watson commence à faire la navette entre Los Angeles et New York et, en 1975, il remporte un Grammy pour la pochette de l’album Mason Proffit « Come and Gone ». Sa carrière est lancée en 1976 quand il décroche son premier emploi pour Vogue et déménage à New York.

 

Watson a toujours été accro au travail. Des millions d'images et de négatifs sur lesquels on peut lire le nom de magazines et de sociétés de renommée mondiale sont archivés dans son studio à Manhattan.

Ce studio, qui lui sert également de galerie personnelle, contient des photographies au format extrêmement grand, dont beaucoup ont été prises à Las Vegas. À première vue, la gamme de couleurs douces et tamisées de ces paysages, intérieurs et portraits surprennent le spectateur. Mais, même dans ses nouvelles créations, Albert Watson reste fidèle à lui-même.

Les photographies créent une aura qui entraîne le spectateur dans l’image tout en imposant simultanément une distance respectueuse.

 

Le langage visuel d'Albert Watson suit ses propres règles et concepts de qualité. Avec leur éclat, leur sentiment d’urgence, leur grandeur même, ses photographies se détachent clairement du monde des images d’aujourd’hui.

Sa manière d’éclairer les sujets, surtout les objets fétichistes et les portraits, engendre une atmosphère presque méditative.

 

Watson est sans aucun doute un artiste dont la vision photographique unique enrichit grandement notre perception.

Bien que la grande variété de ses images reflète une polyvalence sans effort, leur puissance et leur virtuosité technique permettent néanmoins de les reconnaître comme des photographies d’Albert Watson, qu’il s’agisse d’un cliché de forêt en Écosse, d’une robe Yohji Yamamoto d’un top model, d’un gros plan sur la combinaison spatiale portée sur la lune par l’astronaute Alan Shepard ou du portrait emblématique en noir et blanc de Steve Jobs.

Cet engagement résolu envers la perfection a fait de lui un des photographes les plus recherchés au monde.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Anne 11/08/2018 10:42

Ses photos sont toujours exceptionnelles!

Bernie 11/08/2018 16:27

oui c'est un must

London Caller 04/08/2018 23:28

Looks like an interesting exhibition.

Bernie 08/08/2018 17:54

yes it's the Pirelli calendar 2019

ZALMA 04/08/2018 14:52

Wouah… des photos magnifiques !
Et un excellent article, bien sûr !

Bernie 08/08/2018 17:48

merci !

dom 04/08/2018 07:37

Je ne connaissais pas.
Merci pour cette superbe découverte.
Bon week end.
Bisoux chaleureux

Bernie 08/08/2018 17:48

avec plaisir

trublion 04/08/2018 07:30

Le fameux calendrier Pirelli !
L' occasion de découvrir de belles photos
Bonne journée Bernie

Bernie 08/08/2018 17:47

c'est un must

Kévin 04/08/2018 06:51

Bonjour Bernie
Quel calendrier d'exception.
@mitié

Bernie 08/08/2018 17:47

je l'adore