Bernieshoot

Web Journal Toulousain éclectique et foisonnant où la qualité domine l’actualité.

Soyons sérieux, soyons sinistres !

Virginie Vanos : « La toute première fois que j’ai entendu parler de sinistrose, c’était au lycée, ce qui ne date pas d’hier. Une de mes profs, plus éclairée que les autres, nous avait demandé d’écrire une dissertation sur ce que je n’hésite pas à qualifier de phénomène de mode. Pour rappel, la définition médicale que donne Wikipedia est la suivante : « La sinistrose, simple névrose de revendication pouvant entraîner des attitudes complexes, est un trouble mental qui survient à la suite d’un sinistre (accident de la vie) ou d’un préjudice corporel susceptible d’être indemnisé. » »

virginie vanos maillot bain soleil

Soyons sérieux, soyons sinistres, c’est la marque de fabrique des gens importants.

Boycotter toute rigolade

Mais de façon plus générale, c’est le fait de boycotter toute rigolade, toute légèreté, et de sans cesse tirer la tronche afin de bien montrer qu’on est un homme (ou une femme) sérieux et important. De ce fait, le monde des arts en est le symptôme le plus évident.

Regardons côté cinéma : quand avez-eu l’occasion de vous faire une bonne toile devant une comédie franchement hilarante ?

Si oui, l’avez-vous clamé fièrement autour de vous ?

Je pense que peu de gens répondront par l’affirmative. C’est tellement plus branché, et cela fait bien intellectuel de se taper un film moldave de quatre heures où l’on raconte les turpitudes d’un pétomane dépressif et désespérément amoureux d’une cancéreuse en fin de vie.

 

Je ne passe que très brièvement sur les défilés de mode. C’est clair, ça donne envie de voir des rescapés de goulag vêtus comme des clochards mais perchés sur des « Fuck me shoes »… Où sont passées les grâces élégantes d’Yves Saint-Laurent, de Courrège, de Givenchy ?

 

Ne parlons même pas de la littérature. Tout le monde n’a pas la chance d’être pourvu de l’humour et de l’humanité d’un Gilles Legardinier. Et encore, j’ai la nette impression qu’il faut se cacher pour lire ce genre de romans. Mieux vaut se targuer publiquement d’avoir lu, ou mieux encore, d’avoir un écrit, un sombre témoignage bien larmoyant sur les sujets dans le vent à ce jour : les adolescents radicalisés, l’endométriose, les combats contre les maladies orphelines, sans parler de « 50 nuances de Grey » et consorts, où le cul se doit d’être glauque et morbide.

A-t-on encore seulement le droit d’être joyeusement gaulois et paillard ? Ben non.

 

Le sexe, c’est sérieux et important.

On ne badine pas avec la pornographie. Surtout quand la violence physique ou psy n’est plus une option, mais un véritable must.

Tout cela me fait penser très égoïstement à mon propre livre, « Battue ! », où je me suis lancée dans un grand foutage de gueule, une immense grosse moquerie sur mon bourreau, nos entourages respectifs… et moi-même. Car si on omet les sanglots et les violons et que l’on considère mon histoire à froid, l’honnêteté intellectuelle et morale me pousse à reconnaître qu’on avait tous un côté franchement ridicule, moi la première !

Croyez-moi ou non, mais il y a des moments où je me suis marrée comme une baleine alors que je rédigeais ce récit qui est à 98% hautement autobiographique. Bien que j’ai eu de nombreux feed back positifs, j’ai reçu aussi des commentaires qui m’ont laissée quelque peu perplexe. On m’a dit tour à tour que mon livre mettait mal à l’aise (bien sûr, ça n’aurait pas été le cas si j’avais sorti les ronflonflons pseudo sentimentaux et franchement geignards), que cela ne pouvait être vrai à cause de ma gaité ironique…

Voire que c’était un livre très compliqué. Pas à aborder mais à comprendre et à admettre !

Sur ces bonnes paroles, je vous laisse. Je crois que je vais me mettre le DVD de « Banzaï !» ou de « Deux heures moins le quart avant Jésus-Christ ». Ces satires sociales sont franchement drôlissimes. Et le rire facilite bien plus la réflexion que les opus de sombres exégètes moralisateurs…

virginie vanos stradervan
Virginie Vanos © Stradervan
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Messergaster 15/04/2018 11:16

Eh bah je n'avais jamais entendu parler de "sinistrose"! Article fort intéressant!

Bernie 15/04/2018 16:32

Vas tu parler de sinistrose avec tes élèves ?

ZALMA 12/04/2018 22:39

Pleinement de cet avis, c'est pourquoi je défends tant le "feel good", sous toutes ses formes ! L'humour est un moyen très efficace pour passer des messages... et pour rire, quoi, tout simplement :D !

Bernie 13/04/2018 17:46

L'humour est une arme redoutable

Lemenuisiart 12/04/2018 21:14

La réalité revient toujours aussi

Bernie 13/04/2018 17:46

et la réalité c'est aussi sérieux et parfois sinistre

trublion 12/04/2018 08:33

Prendre le parti d' en rire guérit surement plus vite que d' en pleurer

Bernie 12/04/2018 19:44

c'est très juste.