Bernieshoot

Web Journal Toulousain éclectique et foisonnant où la qualité domine l’actualité.

Deux polars hors norme de Quentin Mouron

Avec Trois gouttes de sang et un nuage de coke, au-delà de l’intrigue qui se déroule dans une banlieue jouxtant Boston, le lecteur plonge dans un thriller proche du roman social, dont le mérite est de brosser la sombre peinture d’une Amérique monstrueuse, tétanisée par la crise des subprimes…

couverture age heroine  quentin mouron

Trois gouttes de sang et un nuage de coke et L’âge de l’héroïne de Quentin Mouron

Quentin Mouron

Quentin Mouron est un auteur de polars, certes, jouant habilement avec les codes du genre noir dans Trois gouttes de sang et un nuage de coke et dans L’âge de l’héroïne. Mais il est un peu plus à mes yeux.

Par le ton, l’esprit qu’il insuffle à ses deux romans (les seuls aujourd’hui publiés en France) cet auteur suisse, brillant, au style piquant et ironique nous parle de la bizarrerie d’être au monde.

Trois gouttes de sang et un nuage de coke

Avec Trois gouttes de sang et un nuage de coke, au-delà de l’intrigue qui se déroule dans une banlieue jouxtant Boston, le lecteur plonge dans un thriller proche du roman social, dont le mérite est de brosser la sombre peinture d’une Amérique monstrueuse, tétanisée par la crise des subprimes.

Plus qu’en Europe encore (sans justifier ce qui se passe hélas chez nous), le monde des laissés-pour-compte américains nous est montré ici en dérive absolue. De terrifiants portraits qui font toucher du doigt ce qu’une crise financière et un système ultra-libéral peuvent causer de dégâts parmi les pauvres et ceux que l’on a licenciés.

 

L’âge de l’héroïne

Dans L’âge de l’héroïne, nous sommes dans le Nevada, décor grandiose et silencieux comme la mort, où l’on rencontre d’improbables personnages, bien réels pourtant, comme Léah, adolescente plutôt déglingue, qui croise la route de Franck, détective à ses heures et pas mal déjanté lui aussi. Léah va devenir sa dose de coke, avant de se changer en un bâton de dynamite incontrôlable.

Pour la suite, au lecteur d’affronter ce drame aux allures cornéliennes !

 

Deux polars hors norme, précieux à double titre

Mais dans ces deux polars hors norme, précieux à double titre, à la prose bien léchée, il y a un style, unique et une ambiance qui fait parfois penser à Un privé à Babylone de Richard Brautigan ou même par sa liberté d’écriture à La cité de verre, de Paul Auster.

L’ironie est omniprésente, sans être lassante. Elle pourrait pourrir l’intrigue. Mais non : elle est constitutive de cette intrigue et est probablement le personnage principal de ces deux livres. Brautigan et Auster : c’est dire la qualité et l’ambition dans laquelle évolue notre auteur.

Quentin Mouron : un nom à retenir.

auteur yves carchon

Une chronique signée Yves Carchon écrivain, auteur de "Riquet m'a tuer" et de "Vieux démons"

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

covix 20/04/2018 15:21

Bonsoir,
Sans doute de bonnes lectures et aussi une étude du monde, mais je ne suis pas amateur du genre, merci du partage.
@mitié

Bernie 21/04/2018 18:35

Parfois il faut aller au delà du genre et se laisser emporter par le style et l'étude du monde