Bernieshoot

Web Journal Toulousain éclectique et foisonnant où la qualité domine l’actualité.

Mes selfies fièrement anti-naturels

Cela fait un peu plus de deux mois que mon ancien téléphone portable, un modèle des plus basiques, est passé de vie à trépas lors d’une malencontreuse chute dans une baignoire. C’est l’unique raison qui me poussa à acheter un smartphone, étant donné que les trois seules choses que je demande à un GSM est de pouvoir passer  des appels, recevoir des textos… et avoir une alarme faisant office de réveil-matin. Ce  jour-là, j’acquis à bas prix, et en promotion, en plus) un Nokia qui me semblait des plus basiques.

virginie vanos couleurs charme sensuelle

 

Mes selfies fièrement anti-naturels

Jeune modèle

Lors de la configuration de mon nouvel appareil, je pris conscience qu’il y avait un appareil photo intégré. Au départ, je me souviens avoir bêtement pensé « Chouette ! Plus besoin de sortir le gros Reflex pour de simples photos souvenirs ! ».

Mais c’était sans compter sur ma passion pour l’infographie, qui me prit bien avant que je devienne moi-même photographe.

Tout a commencé vers les années 2003-2004 où, étant jeune modèle, on me fit découvrir des programmes de retouche. Un de mes plus grands regrets est que je peins et dessine comme un manche, c’est donc  tout naturellement que je demandai à certains des artistes avec qui je bossais d’assister, après chaque séance, à une heure ou deux de travail de postproduction. 

Bien entendu, je me tournais vers ceux qui dépeignaient des univers totalement fantasmagoriques, à mille lieues de toute réalité. Il me fallait de gros virages colorimétriques, des décors baroques, des déformations étrangement oniriques.

virginie vanos lunettes

 

Se prendre en selfie ou jouer à la bombasse super chaude

C’est ainsi que, poussée par un collègue photographe, j’en vins aux selfies. Il était déjà pour moi clairement entendu que je ne ferai pas des autoportraits « mode-beauté » avec quatorze filtres qui auraient transformé mon arrière-grand-mère en bimbo de vingt ans.

De plus, cette manie de se prendre en selfie avec des airs de pimbêche décervelée, la bouche en cul de poule et les nibards en avant est plus en plus considérée comme une addiction malsaine.

Moi, je n’y perçois qu’une foutue mode qui sous-entend que si on ne joue pas à la bombasse super chaude, l’on est à peine digne du titre de « Home Sapiens de sexe féminin ». Et franchement, ce genre de nana, leur smartphone, je leur ferai bien bouffer après leur avoir ligoté les mains dans le dos.

virginie vanos charme sexy modele

 

Le plus long : retravailler les photos

J’ai donc téléchargé quatre ou cinq applis. Je dis souvent qu’il me faut 15 secondes pour me prendre en photo, mais ensuite un minimum de trois quarts d’heure pour les retravailler. Chacun de ces autoportraits peut faire allégrement quatre allers-retours entre mon smart et mon ordinateur, vu que je fignole chaque détail avec des programmes très différents.

Ce qui m’importe sont d’abord les couleurs. Tout l’arc-en-ciel y passe. Seules les colorimétries proches de la réalité ne m’intéressent pas. C’est aussi la raison pour laquelle je choisis toujours de poser devant des décors forts chargés, voire encombrés, afin de rajouter plus de corps, de matière et d’atmosphère.

Ensuite, les déformations. Je peux soit prendre chaque partie de l’image et lui faire faire le grand huit à ma guise, soit y aller à la louche avec un petit programme automatique qui me permet de grosses distorsions dont ressortent de manière complètement surréalistes les tons et les formes.

Sans doute y a-t-il un peu de narcissisme dans ma démarche, mais celui-ci ne concerne pas les traits de mon visage. J’essaie de transmettre des humeurs, des sentiments…

virginie vanos psychedelique

Bref, un peu de mon âme dans des allégories tarabiscotées, dans des images où le fond prévaut mille fois sur la forme. Et je dois avouer que si cela me passionne, c’est parce durant ces moments, je me sens pousser des ailes de dessinatrice un peu loufdingue.

Je sais que ce nouveau dada est loin de faire l’unanimité, j’ai déjà essuyé des remarques acerbes et très ironiques… Mais quelle importance ?

Mes autoportraits ne sont pas certes ni vrais, ni réalistes, mais ils demeurent rigoureusement authentiques.

Car c’est mon cœur et mon esprit que je dépeins…

virginie vanos blonde sensuelle sexy charme

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

ZALMA 09/03/2018 18:42

J'adore les photos retouchées... celle de la couverture de mon livre est une photo que j'ai retouchée (même si ce n'est pas un "selfie"), à la base, sur mon portable, et de façon toute simple !

Bernieshoot 10/03/2018 16:27

la retouche photo est un art

lemenuisiart 08/03/2018 20:42

A titre perso c'est pénible les selfies, car c'est mieux de penser à voir l'extérieur que son visage, il y a des miroirs pour ce mirer

Bernieshoot 09/03/2018 18:13

Justement, Virginie Vanos joue et crée à partir de selfies et lance un nouveau style

covix 08/03/2018 18:42

Bonjour,
Bravo c'est bien vue et ces mise en scènes sont, en effet, bien plus intéressant que tous ces selfies que l'on rencontre.
Je n'aime pas faire ses prises de vues.
Bonne soirée
@mitié

Bernieshoot 08/03/2018 19:15

Ce sont de véritables créations artistiques que Virginie Vanos nous offre

la nonna 08/03/2018 08:15

j'adore cette maniere de faire des selfies, moi qui suis anti selfies(lol)

Bernieshoot 08/03/2018 19:14

Elle peut donner naissance à une nouvelle vague de selfies

dom 08/03/2018 08:10

J'adore ce qu'elle fait !
Vraiment beaucoup d'imagination et c'est une belle réussite.
Bon jeudi, en espérant un peu de soleil ...
Bisoux, bernie

Bernieshoot 08/03/2018 19:13

Elle a un sens de la créativité époustouflant

trublion 08/03/2018 08:10

donc au final, tu t' amuses bien

Bernieshoot 08/03/2018 19:12

Elle s'amuse bien, C'est Virginie Vanos la rédactrice de cet article.