Bernieshoot

Web Journal Toulousain éclectique et foisonnant où la qualité domine l’actualité.

Fatiguée du monde du modeling…

Cela fait maintenant 15 ans que Virginie Vanos pose comme modèle. Et on peut même compter quelques années de plus si on compte les séances qu’elle a faites en académies durant sa scolarité. Fatiguée, elle nous livre son regard sur le monde du modeling.

virginie vanos sensualite
© Marc Van Buggenhout

Virginie Vanos : Fatiguée du monde du modeling

Un peu masochiste sur les bords

Vu que je ne fais jamais les choses à moitié, jusqu’en 2011, je posais par tous les temps, quel que fût ma forme physique ou morale. Je pouvais faire jusqu’à 700 kilomètres aller-retour dans le courant de la même journée.

J’ai posé nue avec une sinusite du tonnerre dans les Alpes Vaudoises, j’ai posé dans une espèce de broc ultra poussiéreux (ce qui m‘a valu une fameuse conjonctivite), je me suis engouffrée jusqu’à 16 heures de pose sous un soleil brûlant ou dans un froid de canard.

Je dois être un peu masochiste sur les bords… Car peu m’importaient tous ces efforts. L’important était de réaliser des photos esthétiquement réussies, mais aussi pleines de profondeur et de sentiments.

virginie vanos cancer
© Marc Van Buggenhout

 

Et le cancer est apparu dans ma vie

Fin 2016, le cancer est venu mettre un peu plus de pagaille dans cette explosion d’énergie. Je souffrais depuis quelques mois d’une fatigue aussi intense qu’inexplicable. Et quand j’ai découvert cette petite tache vaguement mauvâtre, je me souviens avoir pensé très platement « Ben, si ça ce n’est pas un cancer du sein… ».

Vu qu’il n’est guère dans mes habitudes de jouer la politique de l’autruche, j’ai fait mammographie, échographie et biopsie moins de quarante-huit heures plus tard. Le verdict m’a plutôt surprise : c’était bien un cancer, la tumeur était fort grosse mais elle était contenue par une épaisse couche de peau. Elle n’avait fait aucun petit et côté marqueurs sanguins, tout était impeccable.

 

Le 1er mars 2017, à ma demande, on m’a fait une double mammectomie avec reconstruction immédiate. J’avais « juste » perdu un mamelon dans la bataille. J’ai ainsi vécu plusieurs mois avec un pansement sur le sein droit afin de cacher le bidule. Pour une foultitude de raisons, je n’ai pas eu à subir le moindre traitement adjuvant. Cependant, je me suis farci les joies du staphylocoque, ce qui m’a valu deux opérations de plus.

 

A ce jour, mes chances de rémission totale tournent autour des 90%. Et je suis totalement et intégralement reconstruite. La plupart des gens se demandent pourquoi ne suis-je alors pas en train de danser la samba en jonglant avec des sabres enflammés…

La réponse est simple : je suis crevée. On ne sort pas comme ça d’autant d’anesthésies et d’une grosse bataille contre une maladie nosocomiale tout en faisant trois reportages assez musclés à l’étranger.

 

L’après cancer : une lutte perpétuelle

L’hiver belge n’étant guère propice aux guérisons miraculeuses, cela fait plusieurs mois que je lutte perpétuellement contre 5 chutes de tension par jour, que je gèle sur place au moindre coup de froid, que j’éprouve de fortes douleurs si je bouge trop ou pas assez, sans parler des impacts sur mon immunité. J’ai l’impression de vivre avec une pancarte sur le front « All inclusive Gold pour tous virus, miasmes et autres bactéries ».

En effet, j’ignorais que l’ « après-cancer » était une sale période, rudement éprouvante. Je pourrais m’en moquer car ce n’est qu’un passage de quelques mois… Eh bien non ! Vu mon manque total d’endurance, mes « infections-surprise », mon extrême pâleur et mes traits tirés, j’ai honte de mon apparence.

Alors, passez-moi l’expression... Mais pour poser, ça craint un max. Et quand on a le cerveau en ébullition, qu’on croule sous les idées et la bonne volonté mais que le corps ne suit pas, c’est forcément peu joyeux.

J’évite au maximum les réseaux sociaux et encore plus les sites photo. Cela me fait mal  Car j’ai bien tenté quelques séances, mais je me suis royalement plantée. J’ignore ce que sera demain, le mois prochain, le semestre suivant…

Tout ce que je sais, c’est que j’envie tous ceux qui tiennent sur leurs jambes. Que je voudrais gravir des montagnes. Mais que ce serait kamikaze que de tenter de forcer la nature. Et j’ai la sensation que peu de gens puissent comprendre l’essence-même de cette incapacité physique.

virginie vanos sexy
© Marc Van Buggenhout

Plutôt que de conclure par une petite maxime moraliste, j’ai plutôt envie de demander à vous, photographes, modèles, internautes… : VOUS, que feriez-vous à ma place ?

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

covix 16/02/2018 15:41

C'est très difficile à vivre et Virginie Vanos ne manque pas de courage. La réponse ne peut venir de nous, de l'amour oui.
Bonne fin de semaine
Bises

Bernieshoot 16/02/2018 17:18

L'amour apporte beaucoup

Evy 15/02/2018 18:36

Magnifique et quel courage bonne soirée

Bernieshoot 16/02/2018 17:21

merci

marizou 15/02/2018 18:00

Une vie si dramatiquement touchée !

Bernieshoot 16/02/2018 17:23

oui c'est terrible

Camille 15/02/2018 16:58

Courageuse !!!

Bernieshoot 16/02/2018 17:23

énormément courageuse

ZALMA 15/02/2018 11:43

Beaucoup de courage, Virginie ! Une idée, peut-être pas pour maintenant... mais par la suite, pourquoi pas un livre pour parler et témoigner de la maladie, et de "l'après"... ? (si j'ai dit une idiotie, toutes mes excuses d'avance...).

Bernieshoot 16/02/2018 17:20

C'est toi qui tient la plume Virginie.

Virginie Vanos 15/02/2018 19:35

Je trouve que le sujet a déjà été trop souvent abordé. Écrire un livre complet sur cette année de ma vie ne me semble pas intéressant .

Bernieshoot 15/02/2018 16:24

Seule Virginie à la réponse

trublion 15/02/2018 08:33

j' attendrais la rémission totale avant de faire quoique ce soit

Bernieshoot 15/02/2018 16:25

Faire est une belle manière de lutter

missfujii. 15/02/2018 08:19

Pas facile d'accepter sa nouvelle apparence après une ablation, un cancer du sein est une véritable atteinte à notre féminité.et même si la recherche dans ce domaine a nettement progressé ces dernières années, des femmes meurent encore de terrible fléau !

Bernieshoot 15/02/2018 16:26

Oui c'est un fléau, concernant l'ablation, Virginie a apporté une précision importante en commentaire.

Bernieshoot 15/02/2018 16:23

Merci pour ces précisions Virginie

Virginie Vanos 15/02/2018 14:37

Comme je l ai dit dans ce billet, je suis chanceuse: j ai recu mes implants mammaires en silicone lors de la double mammectomie. Je n ai donc jamais eu le buste amputé, visuellement, du moins.

dom 15/02/2018 08:16

Mais si, il est au moins une personne qui comprend que l'après est bien souvent pire que la maladie elle-même ..
Plus aucune immunité et on est à la merci du moindre "truc" qui passe ...
Bon jeudi, toujours humide et gris.
Bisoux, bernie

PS : Absente demain, RDV ORL pour suivi et "peut-être" autorisation de retirer ma sonde ...

Bernieshoot 15/02/2018 16:27

Souvent on oublie l'après...