Bernieshoot

Web Journal Toulousain éclectique et foisonnant où la qualité domine l’actualité.

Genèse de Battue !, premier et probablement unique roman autobiographique de Virginie Vanos

Genèse de « Battue ! », mon premier et probablement unique roman autobiographique. Avec Charlie nous parlions des sources d’inspiration que la vie nous apportait Il ne m’en fallut pas plus pour me rappeler l’enfer qui fut le mien de septembre 2000 à mai 2002…

virginie vanos battue femme torture sexisme

Genèse de « Battue ! »

Premier et probablement unique roman autobiographique de Virginie Vanos

En 2008, après avoir connu sympathique petit succès grâce à mes Encyclopédies sur le Mâle et la Femme Modernes, je commençais à tourner en rond. Bien sûr, j’étais heureuse de ces deux opus, dont la seule prétention était de faire rire mes lecteurs, mais je n’avais plus envie de continuer dans cette voie-là.

Je voyais venir avec crainte le moment où l’on ne me verrait plus que comme le modèle photo qui écrit des micro-satires sociales avec le beau nez rouge de clown enfoncé sur le tarin. Je caressais alors la perspective de me lancer dans un roman.

 

Mais quoi ? Sur quel sujet ? Sur quel ton, dans quel style ?

Outre le recueil de poésie que je n’ai écrit que pour moi-même, entre 1998 et 2005, je n‘avais aucune matière à aborder. De plus, je vivais à l’époque l’ère la plus tranquille de mon existence, bercée dans une sorte de douceur émolliente dans laquelle je me fanais sans vraiment me rendre compte. Je n’avais plus ces impulsions créatrices qui me donnaient de vifs coups d’éperon, sans pour autant jusqu’à me saigner à blanc.

Mon existence trop calme et quelque peu abrutissante d’alors avait réussi à me faire oublier qu’à moins de 25 ans, j’avais déjà eu mon lot- et un fameux !-  de montagnes russes en tout genre.

C’est en rencontrant Charlie que je l’ai enfin eu, ce satané déclic. Charlie ne devait être qu’un collaborateur de deux ou trois journées grand maximum, mais sans savoir pourquoi, nous avons parlé des sources d’inspiration que la vie nous apportait.

Il ne m’en fallut pas plus pour me rappeler l’enfer qui fut le mien de septembre 2000 à mai 2002 : celui d’une très jeune femme, maltraitée, brimée, torturée…

Bref, battue de toutes les façons que l’on puisse imaginer.

extrait battue vanos femme sevice sexe

 

Il ne me manquait plus alors que l’étincelle

J’avais alors mon idée. Me restait à trouver comment l’écrire. Je me suis contentée d’utiliser la chronologie des évènements. J’ai bien sûr changé tous les noms, sauf le mien, ainsi que les lieux et les professions de chacun des protagonistes.

Ne me manquait plus alors que l’étincelle qui me motiverait à rédiger mon histoire sans valser dans les complaintes et les jérémiades en tout genre. Je ne me rappelle plus du moment exact, ni même d’où vient cette idée qui pourrait, à première vue, paraitre totalement saugrenue : parler de ces vingt mois en enfer sur le ton de l’humour caustique.

Était-ce parce que les protagonistes de cette histoire avaient un petit côté ridicule, mon bourreau et moi-même inclus ?

Était-ce à cause de l’absurdité-même de ce qui m’était arrivé alors que rien ne pouvait le laisser présager ?

Ou enfin était-ce pour marquer le fait que six ans plus tard, j’avais pris une sacrée distance par rapport à ce passé-là ?

 

Un roman de qualité ou bien une merde sans nom

Je me suis donc mise à l’ouvrage au milieu du printemps 2008. Quelques semaines plus tard, j’ai demandé à des amis, profs, auteurs, journalistes, médecins de relire mon manuscrit. Je nourrissais quelques craintes, car j’ignorais totalement si j’avais écrit un roman de qualité ou bien une merde sans nom.

Je fus très agréablement surprise de voir les réactions positives fuser autour de moi. Seul l’un de mes amis les plus proches n’arriva jamais à dépasser le second chapitre. Il ne me connaissait que trop bien et savait que j’ai tendance à emballer mes pires chagrins dans un sac de soude caustique. Ce ne fut pas la forme, mais le fond, qui l’ébranla. Comment aurais-je pu ne pas l’admettre et le comprendre ?

genese vanos battue extrait femme soumise sevice sexuel

 

Ce livre resta beaucoup trop longtemps dans mes tiroirs

Les évènements des quatre années qui suivirent me firent délaisser le manuscrit de « Battue ! ». Il y eut trop de drames, trop de peurs, trop de stress, trop d’empêchements totalement paralysants pour que je songe à le faire publier. Ce livre resta ainsi beaucoup trop longtemps dans mes tiroirs.

Mais suite à un imbroglio dû à une étrange succession de hasards, il finira par paraitre le 21 mars 2013, aux Éditions Edilivre à Paris…

couverture virginie vanos battue femme torture

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

missfujii. 09/02/2018 06:56

Une superbe chronique de Virginie Vanos. Elle me donne vraiment envie de me procurer cette autobiographie. J'aime ce genre de sujet qui nous montre combien, il est important d'être bienveillant avec soi-même et qui nous montre comment parfois on s’abîme, jusqu'au jour ou on réalise que ça suffit et qu'il est temps de s'aimer. Mais heureusement tout ça nous sert au final à grandir. La vie met des pierre sur notre chemin à nous de décider si on en fait des murs ou bien des ponts !!!

Bernieshoot 09/02/2018 17:17

Très belle conclusion, en cliquant sur la couverture tu pourras te procurer ce livre.

covix 08/02/2018 19:56

Bonjour ou plus tôt, bonsoir,
Merci de ce partage, et c'est un sujet brûlant, toujours d'actualité, un tel témoignage permet aux autres femmes de prendre le courage pour s'en sortir.
Bonne soirée
@mitié

Bernieshoot 09/02/2018 17:19

C'est effectivement en plein dans l'actualité.

ZALMA 08/02/2018 11:40

Je pense que c'est important et courageux d'en parler... pour le ton caustique, oui : l'humour est un moyen de mettre à distance, à la fois pour l'auteur et pour le lecteur. Pourquoi ne pas mettre un ou deux chapitres en lecture libre... le début du livre ? Ce pourrait être bien, vu qu'Edilivre ne diffuse pas de façon classique en librairie... ça permettrait de "feuilleter le livre" avant achat...

Bernieshoot 08/02/2018 17:50

En parler est essentielle. L'idée d'un chapitre en lecture libre est intéressante.

trublion 08/02/2018 08:09

c' est toujours plus poignant lorsqu' il s' agit d' une autobiographie

Bernieshoot 08/02/2018 17:51

Il y a le vrai et la réalité dans une autobiographie