Bernieshoot

Web Journal Toulousain éclectique et foisonnant où la qualité domine l’actualité.

Il faut aimer Emma !

Flaubert, un de nos plus grands écrivains, auteur de Madame Bovary et de l’Education sentimentale (entre autres) parle du combat mortel entre Rêve et Réalité, de l’impossibilité de les réconcilier, que l’un et l’autre ne peuvent faire bon ménage, qu’il faut donc vivre la réalité, toute médiocre soit-elle, en préservant bien sagement la part de rêve qui est en nous.

gustave flaubert emma bovary reve realite amour

Il faut aimer Emma !

Madame Bovary

Parmi les ombres tutélaires des personnages de romans qui nous poursuivent après lecture, Madame Bovary est de ceux sur qui achoppe longtemps notre adhésion. Nous avons bien du mal à nous identifier à elle, la jugeant bien naïve, pour ne pas dire idiote.

Flaubert en est bien sûr le seul coupable, l’ordonnateur malin de cet étrange scrupule à accepter Emma dans l’ordre souvent injuste de nos affections littéraires. Le bougre est dans une telle détestation du genre humain qu’il nous donne en pâture, à travers le portrait d’une jeune fille d’autrefois, les dérisoires et assassins travers de la bourgeoisie de l’époque.

Une bourgeoisie certes provinciale, qui n’en est que plus bête et gonflée d’importance mais que l’auteur exècre. Le seul défaut d’Emma est de vouloir rêver sa vie, de penser que l’amour est ce qui donnera un sens à sa pâle existence.

A sa façon, elle tombe dans le travers de Don Quichotte qui est de croire aux livres qu’elle a lus. C’’est ce défaut d’optique qui fera son malheur.

 

Mirages de l’Optique

C’est justement sur les mirages de l’Optique qu’est construit Madame Bovary. Flaubert ne peint ses personnages que de biais, par touches impressionnistes et fait perdre de ce fait au lecteur toute chance de se figer dans la compréhension de tel ou tel personnage comme chez Balzac. Il y a une intention perverse à saborder ce qui nous est donné à lire, à faire d’Emma un condensé de traits contradictoires et insolubles.

On trouve déjà cette nouveauté quand Stendhal nous présente Sorel vu par Mme de Rénal sous les traits d’une « fille ».

Chez Flaubert, il n’est question que d’une casquette que porte Charles en début de roman ou d’attributs semblant insignifiants qui introduisent un personnage ou une situation, dont la banalité pourtant est signifiante.

Le lecteur est ainsi assailli d’impressions, mais comme elles sont fugaces, elles ne s’impriment pas en lui.

Ainsi, quand on referme Madame Bovary, on s’apitoie d’abord sur elle, quand on n’en moque pas la pitoyable destinée. Puis, sans savoir pourquoi, on passe du sarcasme à l’extrême compassion. A nouveau on balance.

 

Qui est Emma 

Qui est Emma : une femme insatisfaite ou une héroïne de l’amour ? On préfère l’oublier. A tort, car le roman n’existe que parce qu’Emma s’est colletée avec l’inadmissible réalité d’une ville de province, Yonville, celle que nous peint Gustave avec le fiel et la pugnacité qu’on lui connaît. Yonville, c’est une toile d’araignée où grenouillent des notables, le pharmacien Homais en quête infatigable d’honneurs et de médailles, et tous ces autres, des « boutiquiers » dirait Flaubert, Léon, Rodolphe... mus par leurs tristes ambitions ou par leur bon plaisir.

Seul Charles échappe, grâce à Emma en fin de livre (« toi, tu es bon ») à la plume vengeresse de Gustave. Car Charles aime son Emma, même s’il l’aime mal et s’il n’est pas de taille à satisfaire son insatiable femme.

Ce rendez-vous manqué entre ces deux a quelque chose de poignant, de douloureux qui parle évidemment aux malaimés que nous sommes tous.

Mais l’enjeu du roman est ailleurs.

Flaubert parle du combat mortel entre Rêve et Réalité, de l’impossibilité de les réconcilier, que l’un et l’autre ne peuvent faire bon ménage, qu’il faut donc vivre la réalité, toute médiocre soit-elle, en préservant bien sagement la part de rêve qui est en nous.

Pour cela même, il faut aimer Emma, même si ce diable de Gustave à l’instar de lui-même n’a su totalement l’aimer.

auteur yves carchon

 

 

 

Une chronique signée Yves Carchon écrivain, auteur de "Riquet m'a tuer"

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Isa Marie 21/01/2018 22:29

Finalement elle est touchante cette Emma...
Amitiés
Isa Marie

Caroline 19/01/2018 22:56

J'ai lu Emma Bovary il y a deux ans, je n'avais pas forcément beaucoup aimé.. Je sais que je vais devoir le relire dans le cadre de mes études peut-être l'aimerais-je un peu plus ;)

Bernieshoot 20/01/2018 16:57

une relecture s'impose, oublie le contexte des études pour en profiter pleinement

zazy 19/01/2018 19:58

Ce fut ma première colère lycéenne face à ma prof de français

Bernieshoot 20/01/2018 16:58

ah, pourquoi ?

ZALMA 19/01/2018 14:27

"Il faut aimer Emma" me fait penser à : "Il faut imaginer Sisyphe heureux"... je crois qu'il y a là quelque chose de cet ordre, un peu...

Bernieshoot 20/01/2018 16:58

vraiment ?

jill bill 19/01/2018 10:45

Ah du Flaubert comme du Hugo... classé dans les grands auteurs, bon à relire tjs et encore !

ZALMA 20/01/2018 21:45

Oui, vraiment... car Emma lutte aussi contre quelque chose d'absurde, au fond... Car que sont ses rêves, si ce n'est une maigre et tragique tentative de parvenir à masquer plutôt qu'à dépasser l'absurdité de l'existence ?

Alors oui, "il faut aimer Emma", dans sa lutte aussi vaine qu'absurde...

Bon, c'est une interprétation...

Bernieshoot 20/01/2018 17:00

Je suis totalement d'accord.

covix 19/01/2018 10:07

Bonsoir,
Un bel article pour un auteur que je n'ai pas lu.
Bonne journée
@mitié