Bernieshoot

Web Journal Toulousain éclectique et foisonnant où la qualité domine l’actualité.

Céline, un chagrin littéraire

Louis-Ferdinand Céline, l’auteur du Voyage au bout de la nuit et de Mort à crédit, revient sur le devant de la scène avec la parution de ses pamphlets prévue prochainement chez Gallimard. Controversé, surtout pour ces écrits antisémites, c’est d’abord un styliste. Il a lu Brantôme et nos moralistes, et connaît par cœur le style Grand Siècle. C’est sans doute pourquoi il a su s’en libérer.

Louis Ferdinand Céline chagrin litterature controverse pamphlets antisemite
Louis Ferdinand Céline

Céline, un chagrin littéraire

Qu’on ne me parle plus de Louis Ferdinand !

J’ai tant aimé le lire, tant été ébloui par sa maestria hors pair, tant passé de moments avec son Bardamu et son génial et prodigieux Courtial des Pereires !

Ah, oui, j’ai tant aimé le monde qu’il dépeignait ! Avec quel brio, quelle force, quelle bousculade dans les mots !

Du grand art, oui, du vrai !

Prose fascinante, éblouissante, hypnotique entre toutes ! Un vrai festin de mots ! Je ne parlerai pas de la jeune Molly rencontrée à New York, ni de cette vieille ganache de Gorloge, ordure saignante et pittoresque dans son Mort à crédit.

Oh oui, j’ai adoré le satanique docteur (pseudo que prête Rimbaud à un Verlaine halluciné dans Illuminations), oh oui, je l’ai placé sur les plus hauts sommets de mon panthéon littéraire ! Je l’ai choyé, relu, lu dans le lit à ma compagne, et il m’a tant déçu !

Son Voyage m’a hanté ; son univers a très longtemps grouillé en moi comme une trépidante vermine. Céline, comme d’autres parleraient de grand chagrin d’amour, est l’un de mes chagrins que je qualifierai de littéraires.

Le seul peut-être dont je ne me suis jamais vraiment remis.

 

L’amour n’est plus

L’amour n’est plus, mais le souvenir de l’amour (dirait Proust) est encore là, bien là, qui rôde et me visite. En un mot, ce fêlé de Céline garde, quoique qu’il ait dit, écrit ou fait, une petite place dans mon cœur.

Je sais que de le dire est pour certains insoutenable, qu’on ne peut aimer un salaud, un pauvre type (disait de lui Malraux à Gallimard).

Mais qu’on soit clair : je condamne sans appel ses pamphlets criminels qui incitent à la haine et à la mise au pilori des Juifs à une époque où on les pourchassait, traquait, exterminait.

Et je condamne tout autant ses accointances avec l’autorité allemande, la délation active dont il fit preuve durant toute la guerre.

 

Destouches et Céline sont une même personne

Et qu’on ne rentre pas dans le débat absurde où l’on devrait choisir entre admirer Céline et condamner Destouches !

Car Destouches et Céline sont une même personne. Il faut l’admettre et faire avec le monstrueux et le grotesque qui a construit Céline. Cela dit, hors le chagrin dont j’ai parlé, me restent deux souvenirs au sujet de Céline.

L’un où j’ai découvert Voyage au bout de la nuit dans la bibliothèque de Bamako alors que je venais d’avoir vingt ans. Qu’on imagine un jeune baba-cool tout trempé de sueur, goûtant à la fraîcheur douteuse des pales d’un ventilateur et ouvrant le Voyage !

On ne peut mieux rentrer dans Fort Gono !

Et l’autre souvenir où, grâce à l’affectueuse présence d’une amie prof de Lettres, j’ai pu fouler l’enfer de l’antique BN, où j’ai pu lire les pamphlets interdits.

Faut-il commémorer Céline ?

Reste la question qu’on a posée il n’y a pas si longtemps : faut-il commémorer Céline ? J’aurais tendance à dire qu’on ne commémore pas un écrivain.

Un écrivain se lit. Quand on le lit, il ressuscite de lui-même. Mais ce serait bien sûr facile.

Aussi dirais-je qu’il n’y a pas d’urgence à commémorer un salaud mais qu’il faut lire Céline au risque de se priver d’un sommet littéraire.

yves carchon auteur ecrivain

Une chronique signée Yves Carchon écrivain, auteur de "Riquet m'a tuer"

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

esthétiqueabjection338 24/08/2018 04:00

Selon un certain Stéphane Zagdanski, dans une émission diffusée sur Arte en 2011 les pamphlets de Céline sont des « textes très drôles, étonnants de comique »,propos qu’il répète en espérant qu’ils produisent un sens.La thèse très célinienne de l’écrivain clown,paranoïaque et délirant est grotesque.Cette émission est un tissu d’erreurs,de contre-vérités,un galimatias de non-sens inspirés par un inquiétant aveuglement.Cet aveuglement,très célinien également,est délirant,débilitant,nocif,dangereux.Il porte un nom :l’antisémitisme.Les « pamphlets » de L.F. Destouches ne sont pas « stupéfiants » mais criminels.Non « Bagatelles pour un massacre » n’est pas un « traité de style » :selon LF.Destouches la littérature c’est de la merde et,pour la bien pratiquer,il conviendrait de « bien chier » (« chie pas juste qui veut »).Est-ce une position esthétique ?Non,c’est la volonté de promouvoir un projet esthétique inspiré par l’abjection.Non,l’histoire du XXème siècle n’est pas un « délire »,la littérature ne l’est pas davantage. « Un écrivain, un génie est en lutte contre son époque, il ne collabore pas avec son époque, il ne fait pas confiance à son temps »ajoute M.Z.Ce M.Z.est visiblement peu informé et se laisse aveugler par son amour pour ledit Céline qui échappa au poteau d’exécution parce qu’il prit la fuite, la « merde au cul »….Il est attesté que M.LF Destouches a été un collaborateur actif et zélé des nazis (agent du Sicherheitsdienst ou SD dirigé par Heydrich) et a même appelé au meurtre de différents écrivains parmi lesquels Robert Desnos, assassiné dans le camp de Terezin.Robert Desnos, lui, a résisté à son temps avec un courage exemplaire et l’a payé de sa vie..L’antisémitisme, indissociable de la haine de l’Occident démocratique, a été une affaire très sérieuse,la seule sans doute,pour Céline :si on l’occulte il reste bien peu de choses de son « œuvre ».Pour ma part je préfère amplement la truculence langagière de Rabelais ou celle de Clément Marot.Certains voudraient à toute force réhabiliter Céline pour des raisons peu avouables.Qu’ils se rassurent : Céline est bien parvenu à se hisser au sommet d’un seul podium, celui des plus grands écrivains racistes et antisémites de tous les temps.

Bernie 26/08/2018 16:20

merci pour votre commentaire

avistodenas 03/02/2018 15:21

Tout ce que vous dites est vrai. Tous les commentaires vont dans ce sens.
Cependant : se priver de lire Céline, en raison de la réputation qui lui est faite, c'est d'une part se soumettre au "politiquement correct" et d'autre part se priver d'un grand écrivain qu'il faut avoir lu.
J'ai détesté "Mein kampf", mais je sais au moins pourquoi !

avistodenas de http://avistodenas.over-blog.com/

Bernieshoot 05/02/2018 18:44

nous sommes d'accord, lire un livre ne veut pas dire adhérer aux idées

Petialan 15/01/2018 12:04

J'ai dévoré tous ces livres, ébloui, à l'adolescence. Pétrifié par Mort à crédit et le Voyage, puis je suis tombé de haut avec l'Ecole des cadaves. Horrible. Mais j'aime toujours l'auteur Céline, celui des autres livres. Mais ce mec, l'homme, l'ordure.

covix 13/01/2018 19:04

Bonsoir,
J'ai lu un livre de Céline, dans celui-ci il n'y avait pas, du moins en apparence, de propos raciste, mais j'ai trouvé la lecture fatigante, je ne suis pas près à me replonger dan sa prose.
Bonne soirée
@mitié

Bernieshoot 14/01/2018 08:37

Dans les publications récentes existantes il n'y a pas à ma connaissance de propos racistes ou antisémites

zazy 12/01/2018 23:44

Le publier avec des explications serait-il vraiment le moindre mal ? Je n'en sais rien tant l'humain, en matière de racisme me déçoit.

Bernieshoot 13/01/2018 07:50

la publication est suspendue, mais la question reste entière.

Elena800 12/01/2018 08:14

Ton article me fait penser à Wagner qui fut un "salaud" mais néanmoins il fut un grand compositeur ! J'ai lu Céline et tout n'est pas à jeter !

Bernieshoot 12/01/2018 08:34

L'article est signé Yves Carchon, la comparaison avec Wagner peut faire sens

Mary 12/01/2018 08:09

En définitive,Gallimard suspend momentanément cette publication(décision du 11/01/2018)

Bernieshoot 12/01/2018 08:35

effectivement, la question est de savoir la durée du momentanément