Téléphone Rose

Voix, charme ou rôle.

En évoquant le rose, il pourrait être facile d’omettre de parler du téléphone rose ou de se souvenir des années dorées du minitel rose. Le minitel rose a permis à certains de faire fortune. Le sexe, une valeur sûre qui ne s’épuise pas au fil des siècles.

Derrière le minitel rose, opérait des opératrices ou des opérateurs et c’était un vrai travail qui s’apparentait, un peu, à un travail de comédien. En effet derrière un pseudo, il s’agissait d’entrer dans un personnage. L’opérateur pouvait se glisser dans la peau d’une femme, d’un gay, d’un bon père de famille…

Car oui plus de la majorité des animateurs étaient des hommes. Au-delà des pervers, des recherches de plan cul, derrière les dialogues coquins se déroulaient aussi des discussions qui manifestaient un besoin fort de communication pour faire face à la solitude.

Discuter pour rompre l’ennui de la nuit, mais surtout persuadé l’homme que c’est une femme qui répondait. Le business plan était simple : économie de « l’attention » pour faire durer la conversation. Vendre ses mots, coquins, intimes, une autre forme d’abatage pour faire fantasmer les hommes.

telephone rose charme intime coquine sexe

Le Sexto descendant indirect

L’évolution de la technologie a eu raison du minitel, mais des dignes successeurs ont vu le jour. Parmi eux, le sexto n’est pas un héritier direct. Le sexto est un texto coquin, chaud, sexy que s’envoie des couples, officiels ou non, pour pimenter la routine sexuelle ou pour contrer le proverbe « loin des yeux, loin du cœur ».

Ecrire un sexto tout un art

Le sexto est tendance, alors il ne s’agit pas de passer pour un(e) vulgaire pervers(e). L’art est d’adresser un message clair, intime, sensuel et attentionné pour signifier à sa (son) partenaire qu’elle (il) est vivement désirée.

Surprendre, émoustiller le sexto est-il un incontournable de la parade amoureuse 2.0 ?

Tag(s) : #Chronique

Partager cet article

Repost 0