Du 8 au 10 juin 2017, l’espace intimiste du 14, rue des Saints-Pères à Paris devient l’écrin d’un dialogue poétique entre les photographies de Jean-Claude N’Doumbé et Frédéric Bien.

En collaboration avec la galerie d’art My Web’Art, l’exposition « Passerelle » porte un regard inédit sur des instants captés à la volée, des moments de vie quotidienne ou des scènes de la ville...

Pour cette première exposition en binôme, les deux artistes partagent une vision parallèle, expérimentale visant à révéler au sein de l’ordinaire une beauté inattendue.

Une « passerelle » sur laquelle l’émotion souvent individuelle résonne immanquablement dans la rue, allonge les silhouettes, rebondit sur les trottoirs, trouble les visages et déborde du cadre. Cette agitation, Jean-Claude N’Doumbé et Frédéric Bien ne cherchent pas à la contenir. Au contraire, ils s’en emparent pour mieux l’embrasser dans une subtile chorégraphie mouvementée.

 

P a s s e r e l l e

Jean-Claude N'Doumbé & Frédéric Bien

 

EXPOSITION DE PHOTOGRAPHIES

en collaboration avec la galerie d'art My Web'Art

 

DU 8 AU 10 JUIN 2017
14, rue des Saint Pères 75006 Paris

 

La photo en duo…

L’un, « Observateur », chasseur d’émotions à l’affût de rencontres chimériques et d’empreintes temporelles.

En témoin éveillé, Jean-Claude N’Doumbé compose des images singulières et puissantes, s’appuyant sur ses thèmes de prédilection « Natures Humaines / Natures Urbaines ». La ville, scène théâtrale où l’ombre met en lumière des couleurs inattendues, un reflet de soi qui laisse entrevoir l’image d’un autre.

Son œuvre est caractérisée par une utilisation inédite de la couleur. Le cadrage, pensé et construit, tout comme la texture de ses travaux se veulent délibérément proches d’une esthétique de la photographie plasticienne, voire picturale. Une vision du quotidien où se fondent abstraction et surréalisme.

« J'aime l'idée de peindre d’un clic le monde alentour, et que mon imaginaire prenne son envol d’une histoire vraie. » souligne Jean-Claude N’Doumbé.

L’autre, « Inlassable arpenteur ». Frédéric Bien dévoile des clichés d’un monde paisible, vivant, brut. Dense, calme et fiévreux. Un poète qui écrit la vie en image. Son approche transpose la photographie dans un registre beaucoup plus mystérieux.

La force de son œuvre réside précisément dans sa capacité à repousser les limites de la réalité dans le but de s’immiscer dans l’imaginaire tout en gardant cette idée de « raconter le monde vrai ». Il subsiste dans ses clichés argentiques, des traces de la confrontation entre l’homme et des instants de vie. Une réalité onirique que les nuances grises, noires et blanches tendent à sublimer.

Frédéric Bien explique : « Avec le film, on est limité par le nombre de poses, cela m’aide à être sélectif, concentré, à faire corps avec le moment. J’aime aussi ne pas pouvoir voir le résultat tout de suite, devoir attendre. J’ai le temps d’imaginer ma photo. Et puis il y a un côté aléatoire, une part de mystère, et parfois… une part de magie au développement. Le grain de l’argentique me convient, il adoucit et arrondit mon écriture, parfois dure. »

A propos des artistes.

Jean-Claude N’Doumbé

JEAN-CLAUDE N'DOUMBE - Couleurs Passagères 70X50cm - 2016-2017

Crédit photo JEAN-CLAUDE N'DOUMBE - Couleurs Passagères 70X50cm - 2016-2017

 

Jean-Claude N’Doumbé vit et travaille à Paris. Après avoir été diplômé de l’école ESMOD, il débute dans la mode auprès de Chantal Thomas et lance quelques temps plus tard sa propre marque MARCI N’OUM puis Atelier JCND.

Autodidacte, il commence la photographie à l’âge de 16 ans muni d’un F90X. Portraits de famille, nature morte ou des compositions contemporaines ne suffiront pas à assouvir son insatiable envie d’en voir plus . Première grande émotion : le Maroc, pour sa lumière, ses couleurs, ses ambiances. Puis, le Mexique , l’Afrique l’Indonésie … Tant d'expéditions où la prise d’images n’a qu’un seul but : coller à la réalité, ne rien interpréter, ne pas traduire.

Aujourd’hui il évolue dans une nouvelle direction. Les techniques photographiques contribuent à imager sa vision du monde réel. Libéré de toutes règles, Jean-Claude N’Doumbé propose une œuvre identitaire forte où le sujet et son environnement illustrent les histoires racontées par l’auteur. Autant d’acteurs pris sur le vif entre Paris, Lisbonne ou Berlin dont les attitudes dégagent une émotion inédite.

Il a récemment participé à l’exposition collective « Femmes Capitales » (2016) organisée par la galerie d’art My Web’Art à la Galerie de Thorigny.

Frédéric Bien

FREDERIC BIEN - Morning Black - Pologne - 2012

Crédit photo FREDERIC BIEN - Morning Black - Pologne - 2012

Frédéric Bien vit et travaille à Paris. Chef d'entreprise, Frédéric Bien s'est révélé photographe au début des années 2000, grâce à son activité professionnelle et la souplesse du numérique. Mais sa quête artistique le pousse rapidement vers le noir et blanc argentique, pour son rendu unique, sa démarche sélective, son résultat parfois aléatoire et la lenteur de son procédé.

Aujourd'hui, l'ensemble de son œuvre personnelle repose sur ce mode de photographie, qu'il maîtrise du développement au tirage. Fin 2012, il se rapproche du photographe Klavdij Sluban qui l’aide à ordonner son travail et à lui donner plus de sens.

Il suivra ses conseils avisés pendant deux ans et développera à ses côtés un œil plus critique, une écriture mieux maitrisée, libérée.

Au cours de ses fréquents voyages il glane des images, d’hommes, de femmes, de paysages, d’instants de vie, tour à tour à la Havane, en Europe de l’Est, du Sud, en Asie ou encore en France. Ses photographies, tout en nuances de gris, racontent des histoires intem porelles, empreintes tour à tour de réalité et de rêves, d’ombres et de lumières.

EXPOSITION DU 8 AU 10 JUIN 2017

14, rue des Saint Pères 75006 Paris

Logo My Web Art

 

Tag(s) : #Exposition

Partager cet article

Repost 0