Dès le 4 juillet 2017 sera visible par tous, dès la tombée de la nuit jusqu'à 1 heure du matin, « Le Dépli de la lumière », la nouvelle œuvre permanente et monumentale de l'artiste Nathalie Junod Ponsard. Cette œuvre in situ, conçue spécialement pour le bâtiment Austerlizt, situé ilôt A9A1, avenue Pierre Mendès-France, Paris 13ième et réalisé par l'architecte Jean Mas, place la lumière comme matériau de construction de l'œuvre et en sublime le lieu.

Le dépli de la lumière  la nouvelle oeuvre permanente de Nathalie Junod Ponsard

Le dépli de la lumière, la nouvelle œuvre permanente de Nathalie Junod Ponsard

L'artiste émerveille le passant en créant pour ce nouveau site, trois œuvres à l'intérieur de trois Média-box de verre accrochées aux façades, faites de longueurs d'ondes lumineuses, de variations chromatiques et de mouvements continus savamment orchestrés, programmés et diffusés par des projecteurs LED. L'œuvre circule dans la peau du bâtiment, de façon invisible, faisant le tour du site dans un mouvement lent pour apparaître au visiteur dès qu'elle atteint les structures de verre.

Ces espaces picturaux, divisés en trois Média-box reçoivent alternativement chacun, un dispositif chromatique qui s'étend de l'une à l'autre dans un glissement successif où les structures de verre définissent le cadre des zones picturales, où la lumière tourne, se déplace en un mouvement continu de palette en palette. En une chorégraphie lumineuse, en un rythme lancinant et des temps différés, le dispositif chromatique sort d'un cadre pour se prolonger en un autre.

Chacune des Média-box est le miroir d'un champ d'activité lumineux et vibratoire produit par des variations de tonalités et de couleurs complémentaires ou nuancés : rouge-écarlate/bleu-vert ; orange/bleu-indigo ; pourpre/orange ; pourpre-rouge/cyan ; cyan/violet ; indigo/orange ; violet/jaune-vert ; vert/magenta ; magenta /orange/rouge ; violet/bleu-cyan… Ces couples colorés, ces interactions binaires se déplacent d'une Média-box à l'autre successivement, tel un écho, en un dialogue intime.

Avec « Le Dépli de la lumière », Nathalie Junod Ponsard entraîne le passant /visiteur en un jeu de regard au mouvement continu. Par le déplacement de la vision, le regardeur découvre la sensation. Une sorte d'état hypnotique, une expérimentation physique et émotive. L'artiste provoque tour à tour l'étonnement, l'émerveillement, l'éblouissement.

Elle élabore ainsi une narration des couleurs de la lumière, en modifiant notre vision rétinienne à travers ce dispositif de glissement. C'est le pouvoir de la lumière sur nos processus mentaux: une immersion mouvante pour la rétine sous l'effet des longueurs d'onde pures et saturées. Le regard, immergé en ces zones permet ainsi au corps, « ce voyage impossible sur les parois de l'œuvre ».

Tag(s) : #Culture

Partager cet article

Repost 0