Soirée débat organisée le jeudi 23 février à 18h à la salle multimédia du Mas d’Azil (Ariège) avec Georges Lapierre autour de son livre « Être Ouragan » publié en 2015 aux éditions l'Insomniaque

credit photo éditions l'Insomniaque

credit photo éditions l'Insomniaque

Être Ouragan

Pour en finir avec l’idée de Nature

“Toute vie collective qui survit encore de-ci, de-là, ou qui cherche à se maintenir ou à se reconstruire, à s’inventer avec ce qu’elle a sous la main, avec ce qui surnage d’un naufrage, entre en guerre.”

Notre conception de la nature nous pousse à l’enfermer à la séparer de nous-mêmes.

Nous en faisons tantôt un refuge, tantôt un danger. Un patrimoine à protéger ou un environnement à développer.

Elle est un objet rentable pour certains, un extérieur magique et sacré pour d’autre

Finalement notre idée de la nature ne peut-elle pas être plus politique, plus subversive ? Une vision du monde qui serait déjà une lutte ?

La lutte contre le capitalisme et la critique sociale qui l’accompagne doivent impérativement adopter une nouvelle conception du monde.

Les visions du monde s’affrontent. Et il est important de reflechir collectivement à quelles sont les nôtre et ce qu’elles nous permettent : la rupture et la lutte ou l’assimilation et la défaite.

Conférence avec Georges Lapierre

Une conférence pour entamer cette réflexion le Jeudi 23 au Mas d’Azil en compagnie de Georges Lapierre, ce théoricien qui vit au Mexique depuis plusieurs années dont les rencontres, les expériences de luttes et de vies avec les communautés indigènes, ont largement influencé l’œuvre.

Tag(s) : #Ariège, #Conférence

Partager cet article

Repost 0