Parades For Fiac, du 18 au 25 octobre au Palais de la Découverte. Dans le cadre de la Fiac 2016, le Palais de la découverte présente, pour la première fois de son histoire, des performances artistiques mêlant fictions et réalités scientifiques.

© Cricoteka, Krakau / courtesy of the artist and Art : Concept, Paris

© Cricoteka, Krakau / courtesy of the artist and Art : Concept, Paris

Parades For Fiac

Palais de la découverte

Pendant une semaine, une œuvre monumentale d’Ulla Von Brandenburg, artiste nommée au prix Marcel Duchamp 2016, tutoiera le pendule de Foucault. Tim Etchells, Alex Cecchetti, Laurent Derobert, Louise Hervé et Chloé Maillet, Zhana Ivanonva, Alexandre Singh, Otobong Nkango et Loreto Martinez Troncosco se succèderont pour proposer déambulations, récits et découvertes au sein des espaces du Palais de la découverte. Ces balades, qui croisent arts et sciences, favorisent ce dialogue toujours passionnant. Et pour accompagner ces moments uniques, une série de films d’artistes, issus des collections des Fonds régionaux d’art contemporain, combinant des expérimentations visuelles, écologiques et scientifiques sera projetée (proposée par le groupement Platform de la Frac – Fonds régionaux d’art contemporain).

« À l’aube des 80 ans du Palais de la découverte, nous sommes heureux de nous associer à un évènement qui célèbre à Paris l’art contemporain sous toutes ses formes. L’établissement renoue avec ses origines : dès 1937 en effet, ses concepteurs passèrent commande à des artistes vivants au nom de la conviction que l’art a toute sa place pour éclairer, conjointement avec la science, le monde dans lequel nous vivons. Cette conviction, nous la faisons nôtre ; c’est pourquoi le Palais de la découverte ouvre grand ses portes, avec la Fiac 2016, à la création d’aujourd’hui dans ses formes les plus originales ».

Bruno Maquart, président d’Universcience.

UNE OEUVRE MONUMENTALE

Ulla VON BRANDENBURG

Landschaft, 2014 - fabric. 484 x 1 100 cm

DES PERFORMANCES

Mercredi 19 octobre

18h30 Tim Etchells - Seeping Through (Découverte), 2015

Durée : 1 heure Dans Seeping Through (Découverte), Tim Etchells, artiste, leader de Forced Entertainment et écrivain, collabore avec la violoniste Aisha Orazbayeva pour une improvisation continue d’une heure pleine d’intensité qui mêle musique et texte parlé. Dans cet ensemble d’improvisations fragmentaires spontanées, le texte et la musique sont traitées comme des forces fluides qui occupent le même espace, se fondent l’un dans l’autre, respirent à l’unisson, se coupent et s’annulent pour créer un paysage dynamique et toujours instable.

20h Alex Cecchetti - Nuovo Mondo

Durée : 1 heure environ

Nuovo Mondo est une visite guidée du paradis et de l’enfer. Une promenade dans les recoins sombres du Palais avec la poésie pour seule guide. Une déambulation à travers des laboratoires scientifiques, des champs électrifiés, le planétarium, les bureaux, et d’étroits passages.

Un voyage dans un monde souterrain à la rencontre de poètes contemporains.

Jeudi 20 octobre

18h30 Laurent Derobert - Umbrarum Mathematica, 2016

Durée : 45 minutes

En collaboration avec Denis Savoie, astronome, directeur de la médiation scientifique. De-siderium, une étoile manquante. Le désir est histoire d’un astre qui manque. Un astronome d’éclipses, un géomètre d’ellipses se retrouvent pour dialoguer sur le désir et l’incomplétude sub sole & more geometrico. Traduire des émotions, des pensées et des doutes en équations, conjectures, et théorèmes, tel est l’enjeu des mathématiques existentielles.

Cette séance à deux voies s’aventure dans une algèbre des ombres, convoquant sous la voûte céleste du planétarium, la question de ce qui, pourtant révolu, continue de nous animer.

20h Alex Cecchetti - Nuovo Mondo

(cf. ci-dessus)

Vendredi 21 octobre

18h30 Louise Hervé et Chloé Maillet, 2016

Durée : 1 heure environ

L’univers de Louise Hervé et Chloé Maillet mêle l’archéologie, l’histoire et la science-fiction, et combine des publications partielles de courtes fictions et des performances qui se déroulent dans un lieu précis, à la manière des traditionnelles visites-conférences réalisées dans des lieux patrimoniaux, en y ajoutant des références littéraires et cinématographiques qui viennent s’entremêler avec des faits réels. Louise Hervé et Chloé Maillet cherchent à stimuler l’imaginaire du spectateur.

Elles proposent ici une performance inédite dans les différents espaces du Palais de la Découverte, qui se base sur leurs recherches actuelles autour de l’éthologie, en dialogue avec les chercheurs et le laboratoire du vivant du musée.

19h30 Zhana Ivanova - Royalty, 2016

Durée : 20 minutes

La pratique artistique de Zhana Ivanova se concentre sur la réorganisation et la reconfiguration de modèles quotidiens et systèmes auxquels nous nous sommes habitués. Elle se sert de la performance pour créer des situations animées par des relations sociales et de pouvoir.

Ses constructions sont d’abord formelles, et régies par des règles ; pourtant, elle parvient à exposer l’ambiguïté de ses propres règles. Dans Royalty, les acteurs se réalisent dans une situation pré-écrite, mais sans avoir répété leur texte.

La scène se met en place au moyen d’une bande sonore préenregistrée, chaque joueur étant individuellement rattaché à une voix off. Ce que nous entendons devient de plus en plus flou, désynchronisé, et survient progressivement un jeu interactif entre le déterminé et le spontané.

20h Alexandre Singh - Causeries, 2016

Durée : 1 heure environ

Les Causeries se présentent comme une série de discussions au cours desquelles Alexandre Singh développe certains thèmes clés de son ambitieuse pièce de théâtre, “Les Humains”.

Les thèmes abordés sont la cosmologie, la cosmogonie, la caricature, la danse, le théâtre et la religion. Les Causeries sont conçues comme des conversations informelles entre l’artiste et un expert dans un champ donné.

Samedi 22 octobre

18h30 Otobong Nkanga - Solid Maneuvers, 2015-2016

Durée : 40 minutes

L’œuvre examine la manière dont les machines utilisées dans les mines à ciel ouvert sont influencées par les gestes physiques du corps humain. Retraçant la transition des outils manuels des origines à la machinerie lourde de temps modernes par le biais de ses mouvements mécaniques répétitifs, la performance d’Otobong Nkanga entre en relation directe avec ses sculptures exposées par l’exécution de sept gestes spécifiques.

20h Loreto Martinez Troncosco - Ao vivo, 2014

Loreto Martínez Troncoso, née à en en. Elle vit et travaille à. Depuis le début, son travail consiste essentiellement au qui questionne les entre et. Depuis quelques années, elle développe une recherche sur, un espace mental où la et les évoquent la construction d’une.

Elle imagine et met en place non pas pour s’adapter à. Elle a récemment introduit des principes dans ses œuvres qui, par le biais d’un montage entre et, ou à travers l’introduction d’une voix de, produisent de nouvelles mises à distance et des effets d’. Elle a collaboré avec et participé à. Elle (s’)a notamment exposé à, à la, au et aux et ses derniers projets ont eu lieu au, à, à la, au, au, aux et à la, la lala et à la la-la-la-la-lah! Dans l’intention de développer de nouvelles, elle élargit ses recherches notamment à travers l’ et s’aide de la pour, en engageant comme ça la et l’avec les, etc.

En collaboration avec d.c.a / Association française de développement des centres d’art

Source

universcience

Bernieshoot Webzine

Tag(s) : #Culture, #arts, #Paris

Partager cet article