Bernieshoot

Web Journal Toulousain éclectique et foisonnant où la qualité domine l’actualité.

Irezumi un des grands classiques du polar nippon enfin en français

Paru en 1948 au Japon, vendu à plus de 10 millions d’exemplaires, Irezumi, écrit par Akimitsu Takagi est véritable classique du polar nippon, est enfin publié en France aux éditions Denoël. La traduction du japonais est de  Mathilde Tamae-Bouhon

Irezumi Akimitsu Takagi éditions Denoël traduction du japonais Mathilde Tamae-Bouhon

Irezumi Akimitsu Takagi éditions Denoël traduction du japonais Mathilde Tamae-Bouhon

Irezumi

[Shisei Satsujin Jiken]

Après Dominique Sylvain qui nous a entrainés avec succès au pays du soleil couchant avec son dernier roman policier Kabukicho, aujourd’hui nous plongeons dans le monde nippon du crime violent et presque parfait.

Irezumi (入れ墨, 刺青 ou タトゥー (tatoū = tattoo)?) désigne une forme particulière de tatouage traditionnel au Japon, qui couvre de larges parties du corps, voire son intégralité. Il peut s'étendre du cou jusqu'au bas des fesses, sur la poitrine et sur une partie des avant-bras (source Wikipédia).

Le tatouage a aussi une connotation d’appartenance à la très célèbre organisation des Yakusas. Le livre est paru en 1948 et il est pour la première fois traduit et publié en français.

Cette lecture est l’opportunité de découvrir Akimitsu Takagi  (décédé en 1995) qui est un maître du genre. Nous sommes plongés dans un Tokyo d’après-guerre  avec l’ambiance que vous pouvez imaginer.

Ceci étant ce polar n’a aucune ride, il pourrait avoir été écrit hier. La lecture va vous envouter dans une atmosphère où se mêlent voyeurisme, fétichisme et un décryptage détaillé des codes de cette communauté.

C’est une très belle découverte et je me demande bien pourquoi il n’a pas été publié plus tôt en français.

Résumé de l’éditeur

Tokyo, été 1947. Dans une salle de bains fermée à clef, on retrouve les membres d’une femme assassinée. Son buste – lequel était recouvert d’un magnifique irezumi, ce célèbre tatouage intégral pratiqué par les yakuzas qui transforme tout corps en œuvre d’art vivante – a disparu.

Le cadavre est découvert par deux admirateurs de la victime : un professeur collectionneur de peaux tatouées et le naïf et amoureux Kenzô Matsushita.

La police a deux autres meurtres sur les bras : le frère de la première victime, dont le corps était lui aussi recouvert d’un irezumi, retrouvé mort et écorché, et l’amant jaloux de la jeune femme, tué d’une balle dans la tête.

Frustré par leur incapacité à résoudre ces affaires, Matsushita appelle à la rescousse Kyôsuke Kamisu, dit «le Génie». Seul ce surdoué charismatique et élégant peut démasquer le psychopathe arracheur de tatouages.

Akimitsu Takagi

Akimitsu Takagi (1920 - 1995) est le pseudo du romancier japonais Takagi Seiichi. Il est diplômé de l'université de Kyoto. Il a ongtemps exercé comme ingénieur à la Nakajima Aircraft Company. Lauréat du Japan Mystery Writers Club Award, il est l'auteur de quinze polars à succès.

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

babakitchen 22/10/2016 08:57

j'ai adoré le film, ça c'est une bonne nouvelle la traduction française !!!!!!!!!!!!!

Mimi 21/10/2016 23:17

Collectionneur de peaux tatouées ! Déjà on a bien cerné le contexte et le degré de violence... Je note le titre, la littérature japonaise m'attire toujours.

Caroline 21/10/2016 20:49

ça doit être pas mal du tout et peut permettre de découvrir un peu la culture nippone... Merci pour la découverte et bon weekend !

Renee 21/10/2016 15:15

ça doit être hyper violent non? Bises

covix 21/10/2016 11:17

On doit retrouver tout le japon traditionnel, ses mythes. Je ne suis pas trop fan des polars, mais j'aime la culture de ce pays.
mais il reconnaître que ce n'est pas tendre.
Bonne fin de semaine
@mitié

jill bill 21/10/2016 09:08

Comme j'achète peu de livres en général je découvre.... merci Bernie

trublion 21/10/2016 08:56

un auteur que je ne connais pas, et un polar qui n' est pas d' hier, mais garde toute sa force !
ça me fait penser à un film où jouait Gabin, et à qui on voulait prélever l' oeuvre d' art qu' il avait dans le dos, comme au silence des agneaux
Bonne journée
Amitié

Elena800 21/10/2016 07:38

Il est sûrement dépaysant à lire ! Je l'inscris pour plus tard. Bonne fin de semaine !

dom 21/10/2016 06:13

L'éditeur, i résumi bien !
Bonne fin de semaine, plus au calme, pour moi ...
Bisoux, bernie