Exposition temporaire : « Les Sciences du Crime » du 7 octobre 2016 au 17 avril 2017, à Melun au Musée de la gendarmerie nationale. L'objectif de cette exposition est de faire découvrir au grand public les moyens que la gendarmerie met en œuvre pour résoudre les enquêtes les plus difficiles !

Les Sciences du Crime - Musée de la gendarmerie nationale

Les Sciences du Crime - Musée de la gendarmerie nationale

Les Sciences du Crime

Musée de la gendarmerie nationale

Ouvert depuis le 10 octobre 2015 et inauguré par le ministre de l'Intérieur le 17 décembre de la même année, le Musée de la gendarmerie nationale dévoile une collection inédite au grand public. Situé à Melun, dans un ancien bâtiment militaire entièrement réhabilité, ce nouvel équipement culturel national est le seul endroit public dédié à l'histoire et au patrimoine de la gendarmerie dans leur ensemble.

musée de la gendarmerie nationale

Une collection Inédite

Créé en 1946, le Musée de la gendarmerie recèle une collection qui s'est étoffée au fil du temps. Aujourd'hui riche de plus de 30 000 objets et documents, la collection se distingue non seulement par l'étendue des périodes qu'elle évoque mais aussi par la diversité des œuvres qu'elle contient.

Ainsi armes blanches et armes à feu côtoient uniformes, coiffures, figurines, beaux-arts, insignes, emblèmes, cuivreries, faïences et art populaire. 2 000 pièces de collection sont exposées et mises en valeur grâce à une muséographie moderne qui plonge le visiteur dans des ambiances liées aux grandes périodes

de l'histoire.

La plus grande vitrine suspendue d'Europe, véritable colonne vertébrale du parcours, permet enfin de retracer l'évolution de la tenue et de l'équipement du gendarme des origines à nos jours grâce à la présentation, à l'intérieur, de 13 mannequins de chevaux, de 44 mannequins d'hommes et de femmes, d'une moto et d'un vélo.

 

Une Nouvelle exposition ancrée dans l’actualité

En 2016, le musée de la gendarmerie nationale a décidé de mettre en lumière les experts de la gendarmerie à travers son exposition temporaire dédiée aux Sciences du crime. L'objectif de cette présentation est de faire découvrir au grand public les moyens que la gendarmerie met en œuvre pour résoudre les enquêtes les plus difficiles !

Ponctué par l'évocation de véritables enquêtes (la German Wings, l'affaire Lætitia, l'affaire de la Josacine empoisonnée, etc.), le parcours plongera le visiteur au coeur de l'Institut de Recherche Criminelle de la Gendarmerie Nationale (IRCGN) et lui permettra de découvrir le monde de la criminalistique.

De la prééminence des aveux aux techniques les plus pointues telles que l'entomologie et la génétique, le visiteur se glissera dans la peau de l'enquêteur pour découvrir une science en perpétuel mouvement dédiée à la résolution du crime : les sciences forensiques.

Un parcours ludique présentera une trentaine de pièces de collection : armes à feu (notamment la carabine de l'affaire Dominici), mannequins en tenue d'experts, mallettes et kits de prélèvements, tableaux didactiques d'entomologie, portière de voiture gendarmerie criblée de balles, microscopes, épiscope comparateur d'empreintes dactyloscopiques, reconstitutions faciales, reconstitution d'un tatouage, laser scanner qui permet de modéliser les scènes de crime en 3D, éléments d'odontologie et d'anthropologie légale, photographies, vidéos, etc. et sera animé de nombreux dispositifs interactifs : comparaison d'empreintes, analyse de traces de sang, comparaison d'ADN, analyse de téléphones portables, etc.

5 zones

  • Le parcours se divise en 5 zones :
  • La scène de crime,
  • L’espace criminalistique
  • "Identification humaine" (empreintes digitales, anthropologie, médecine légale, entomologie),
  • L’espace criminalistique "biologie et génétique", l'espace criminalistique "physique chimie" (balistique, microanalyses, toxicologie, incendie, explosifs), l'espace criminalistique "ingénierie et numérique" (informatique, électronique, documents, véhicules, signal, image parole) et l'espace dédié aux capacités de projection sur n'importe quelle scène de crime ou de catastrophe de l'IRCGN.

Créée par le cabinet Scenos-Associés, la scénographie plongera le visiteur dans 5 ambiances différentes lui permettant d’appréhender la complexité de la criminalistique.

 

Le visiteur mène l’enquête au Musée

Au début de l'exposition, une scène de crime sera proposée aux visiteurs. Ceux-ci pourront choisir de résoudre l'enquête. Ils seront alors conduits au sein du parcours par les indices qu'ils auront décidé d'analyser grâce à des dispositifs interactifs installés dans la salle. Ceux-ci seront alors confrontés aux domaines de l'observation et de l'interprétation.

Ceux qui décident de ne pas mener l'enquête apprécieront tout de même un parcours ludique parsemé de multimédias et autres dispositifs interactifs qui leur délivreront toutes les connaissances liées à la criminalistique.

Les enfants ne seront pas oubliés car le parcours sera décliné pour les plus jeunes.

Source: Agence Verbatim

Bernieshoot Webzine

Tag(s) : #Exposition, #Musée, #Policier

Partager cet article