Avec son roman « Comment tu parles de ton père » publié aux éditions Albin Michel, Joann Sfar livre un récit plein d’émotions et d’humour  centré sur la perte du père, dont il a lui-même été brutalement privé.  C’est le Kaddish de Joann Sfar pour son père disparu. Entre rire et larmes.

Comment tu parles de ton père Joann Sfar

Comment tu parles de ton père Joann Sfar

Comment tu parles de ton père

Première rentrée littéraire pour Joann Sfar

Joann Sfar est sur tous les fronts de cette rentrée littéraire, nous avons récemment  parlé de sa toute nouvelle BD  « Fin de la paranthèse».

Mais cette fois-ci nous pouvons parler d’une première rentrée littéraire au travers de ce roman pour cet artiste dont le talent semble sans limite.

C’est vrai qu’entre le monde de la bande-dessinée et ce roman l’auteur change totalement de registre. Il nous parle ici de la perte du père.

La douleur de la perte d’un père est immense quel que soit le moment où elle arrive. Elle correspond à la perte de celui qui a élevé, de celui qui a été un modèle.

Le sujet est abordé avec une immense pudeur. Pleurer, écrire pour faire son deuil les processus de deuil sont différents pour chacun afin de surmonter la douleur.

Le sujet est sombre, mais le récit de Joann Sfar est tout sauf sombre. Avec ce style agile qui le caractérise il manie tout au long de ce court récit (160 pages) avec virtuosité l’humour qui le caractérise.

Voici un récit « à la gloire de mon père » qui vous emplira à la fois d’émotions et de sourires voire de rires. C’est un très bel hommage à son père André Sfar  et une des très belles nouveautés de cette rentrée littéraire 2016.

 

Résumé

« Papa est né l’année où tonton Adolf est devenu chancelier : 1933. C’est l’année où pour la première fois on a découvert le monstre du Loch Ness. C’est l’année, enfin, où sortait King Kong sur les écrans. Mon père, c’est pas rien. »

« Ce sont les huit jours d’agonie de mon père. Il n’y a aucun suspens, il meurt à la fin. »

Bernieshoot Webzine

Tag(s) : #Lecture

Partager cet article