Bernieshoot

Web Journal Toulousain éclectique et foisonnant où la qualité domine l’actualité.

Manuscrit Original de Madame Bovary

Les éditions des Saints Pères publient  aujourd’hui  le manuscrit de Madame Bovary-Mœurs de province (Gustave Flaubert) en version originale et raturée. Cette luxueuse version, qui a un tirage limité (dont 1000 exemplaires numérotés) est présentée dans un somptueux coffret

Manuscrit Original de Madame Bovary

Manuscrit Original de Madame Bovary

Exceptionnelle rencontre avec Gustave Flaubert

Je n’ai pas vous le cacher, ce manuscrit est exceptionnel. Je suis un amoureux de nos classiques et des belles éditions. Ce coffret est le plus beau que j’ai pu avoir entre mes mains.

Nous connaissons tous Madame Bovary de Gustave Flaubert, ne serait ce que pour l’avoir lu lors de nos études. Il en existe de multiples éditions.

Mais cette édition, qui est luxueuse comme les autres publications des éditions des Saints Pères, va beaucoup plus loin que le texte. Il s’agit ici d’une reproduction du texte original écrit de la main de l’auteur avec ses ratures. La version originale est conservée à la bibliothèque de Rouen.

Gustave Flaubert n’imaginait pas que l’écriture de son chef d’œuvre serait si longue. Ce manuscrit lui donna du fil à retordre. « La Bovary marche à pas de tortue », se plaint-il à Louise Colet dans une lettre le 13 septembre 1852 à minuit.

C’est un livre qui a fait scandale et qui est paru au moment où s’ouvrait le procès des « Fleurs du mal » de Charles Baudelaire.

La préface est de Jacques Weber qui n’a pas hésité à déclarer  qu’il faisait partie des amoureux d’Emma.

Si vous voulez vous offrir un moment privilégié avec Emma Bovary et son auteur Gustave Flaubert et redécouvrir la très célèbre scène du fiacre alors le prix de ce coffret de luxe vous apparaîtra raisonnable. C’est aussi une idée pour un très beau cadeau.

Ce coffret est le bijou de ma bibliothèque et je remercie très vivement Gilles Paris.

version originale et raturée de Madame Bovary

Edition limitée

1000 exemplaires numérotés

Cette édition prévoit deux tirages : le premier, dans un coffret rouge et doré, numéroté de 1 à 1000, et un deuxième, de couleur ivoire (non numéroté).

À L'ORIGINE DE MADAME BOVARY

En 1851, Flaubert va avoir trente ans. Ce fils de chirurgien né à Rouen a toujours été passionné par la littérature. C'est un solitaire qui, suite à une dépression nerveuse, s'est retiré en 1844 dans la propriété familiale de Croisset, en bords de Seine. Il travaille à sa Tentation de Saint-Antoine, mais ses amis Louis Bouilhet et Maxime Du Camp lui conseillent de trouver un sujet moins propice au lyrisme.

 Probablement inspiré par un fait divers (l'affaire Eugène Delamare, officier de santé dont la jeune épouse infidèle se suicida en laissant des dettes), Flaubert s'attèle en 1851 à l'écriture de Madame Bovary, véritable précurseur du roman moderne, avec une ambition marquée : s'affranchir du romantisme et de la tradition, assumer une filiation au réalisme balzacien tout en s'en détachant.

Madame Bovary septembre 1851 - avril 1856

L'ÉCRITURE D'UN ROMAN CULTE ET SCANDALEUX

Laborieux génial, ou génie du labeur, Flaubert réécrit sans cesse ses chapitres et les relit à voix haute, soucieux du rythme et de la musicalité de ses phrases. Il s'appuie sur ses nombreux « plans et scénarios » dans lesquels il a déjà posé l'intrigue. Emma, Charles et les autres, les liaisons clandestines tout comme la médiocrité de l'ennui, s'affinent sous sa plume sans concession.

 Signée par Jacques Weber, la préface très personnelle du coffret nous replonge dans les sinuosités de cette rédaction au long cours, mais éclaire aussi sous un jour nouveau les personnages, les thématiques, la férocité d'un Flaubert hanté par ce qui deviendra son chef d'œuvre.

Gustave Flaubert

En octobre 1856, Madame Bovary paraît en feuilleton dans La Revue de Paris, après des coupes, comme celle de la fameuse scène du fiacre, et des censures que Flaubert réprouve. C'est tout de même le scandale : le romancier est accusé d'outrage à la morale publique et religieuse et aux bonnes mœurs par le procureur Ernest Pinard, et acquitté en février 1857.

Deux mois après, il est publié par l'éditeur Michel Lévy : c'est un succès, plus de vingt mille exemplaires s'écoulent en quelques jours...

 

bernieshoot blogger photographe chroniqueur

Gilles Paris Partenariats

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

amélie 19/03/2016 10:57

c'est super élégant cette version original

Bernieshoot 20/03/2016 15:50

c'est un luxe de très bon goût

Anne 17/03/2016 12:13

Ah la chance!

Bernieshoot 17/03/2016 19:13

c'est un manuscrit que je suis fière de posséder

roland theys 16/03/2016 08:44

Beau livre, bien que encore ré-éditer et 1000 Exemplaires.
Le nombre d'exemplaires est trop haut pour avoir une belle côte collectionneur.
Bonne journée Bernie

Bernieshoot 17/03/2016 19:17

j'avoue ne pas mettre posé la question de la future valeur marchande. Je le vois plus comme un coffret qui fera partie du patrimoine familiale.

covix 15/03/2016 22:47

C'est indiscutablement un beau livre, de ceux qu'on aime à lire.
@mitié

Bernieshoot 17/03/2016 19:17

c'est totalement exceptionnel

jazzy57 15/03/2016 16:41

Quel plaisir en effet d'avoir un tel exemplaire chez soi . J'ai vraiment beaucoup de mal à passer à la lecture numérique accordant beaucoup d'importance au livre en tant qu'objet , au froissement de la page tournée et à tout ce qui en fait un moment exceptionnel .

Bernieshoot 17/03/2016 19:21

et même là dans le domaine livre papier c'est vraiment au sommet

Evy 15/03/2016 13:55

Un beau livre

Bernieshoot 17/03/2016 19:22

et même un très beau livre.

L'Irrégulière 15/03/2016 13:52

Qu'ils sont beaux leurs livres ! J'en remplirais ma bibliothèque !

Bernieshoot 17/03/2016 19:21

Nous aussi, c'est totalement jubilatoire d'en posséder même juste quelques uns.

Michaël Lefebvre 15/03/2016 10:55

Magnifique!

Bernieshoot 17/03/2016 19:23

totalement

aimela 15/03/2016 10:29

Je n'ai aucun livre relié chez moi car je n'oserai pas y toucher tant ils sont trop beaux , je préfère les livres de poches que je peux lire, triturer, annoter des impressions et emporter avec moi quand bon me semble.

Bernieshoot 17/03/2016 19:24

Avoir quelques très beaux livres c'est bien aussi

trublion 15/03/2016 08:40

j' ai quelques livres reliés cuir de l' édition François Beauval, mais je reconnais que là, c' est vraiment une occasion superbe pour une bibliothèque !
Merci pour l' info
Passe une bonne journée
Amitié

Bernieshoot 17/03/2016 19:26

c'est un des bijoux de ma bibliothèques

danièle.b 15/03/2016 08:29

détenir un beau livre est toujours un réel plaisir,
bonne journée
danièle

Bernieshoot 17/03/2016 19:28

c'est tout à fait ça un réel plaisir.

celine 15/03/2016 07:19

un superbe coffret, de quoi ravir les personnes qui aiment les beaux livres, je comprends que ce coffret te plaise. heureuse que cette recette te donne faim, tu pensais bien qu'avec cette couleur, il y aurait des farfelus pour mettre des recettes..... bises. celine

Bernieshoot 17/03/2016 19:31

merci

clara65 15/03/2016 07:08

Ce livre sulfureux à l'époque est du pipi de chat, à présent ! il est bien écrit mais ce qu'on s'ennuie à sa lecture, rien ne se passe. Par contre, détenir ce coffret est précieux, je suis d'accord.
Belle journée.

Bernieshoot 17/03/2016 19:31

Tu devrais relire la scène du fiacre !

Beatrice 15/03/2016 06:42

Quelle chance tu as !
Moi aussi j'adore ce genre de livres! (Déjà que lorsque je trouve un "vieux" bouquin de la Pléiade en brocante je suis

Bernieshoot 17/03/2016 19:31

nous nous comprenons alors.