Déguster c’est savoir identifier et reconnaître le bon goût, le goût qui d’ailleurs aurait perdu son chapeau selon l’orthographe réformée. Sommes-nous tous égaux devant ce sens ?

Deux fourchettes valent mieux qu'une

Deux fourchettes valent mieux qu'une

Saveur plaisir

 

Prendre du plaisir

Lorsque je pense au goût (et je garde le chapeau, il est pour moi synonyme de déguster, mais surtout d’une évocation intense du plaisir.

Plaisir culinaire, bien sûr qui consiste à savourer un plat délicieusement préparé, et mitonné avec amour, élégance et chic.

Faire de la grande cuisine est un véritable art, savoir que les invités vont se régaler en dégustant les saveurs préparées, fournit une motivation immense.

Il se pose néanmoins une véritable question, et si vous ne vous l’êtes pas encore posée vous avez peut être omis une problématique importante. Pour que le plaisir soit total, il est indispensable de procéder à des essais, mais qui dit essai dit test.

Il se pose donc la question de savoir qui va être le testeur, le dégustateur qui livrera un verdict impartial pour que le plaisir gustatif soit au rendez-vous.

Le cuisinier ou la cuisinière sont,  comme le cordonnier, les plus mal chaussés. Enfin ici ce serait plutôt les plus mal "papillés".  En effet, le cuisinier ou la cuisinière va choisir le niveau de sel, de poivre, de sucre ou de cuisson en fonction de ses propres goûts, sans connaître forcément les goûts de ses convives.

Monsieur pourrait être le dégustateur providentiel idéal, toutefois monsieur n’est pas stupide et après une dégustation, qui n’en est pas une, il ne pourra adresser qu’un parfait à Madame qui vient de passer la matinée en cuisine. Il lui est impossible, à l’heure où le bouchon a déjà sauté de remettre en cause, le travail de sa dulcinée.

Mais alors qui pourrait venir, et devenir le dégustateur idéal ? Il s’agit là d’une question semblable à celle du gendre idéal. Inutile d’aller chercher au bout du monde, celui qui fera parfaitement l’affaire. Je le nomme sans hésiter et je vous parle évidemment du voisin providentiel.  Ceci se décline au féminin, déguster n’est pas une affaire de sexe.

Le voisin providentiel, vous avez compris que ce peut être la voisine, c’est celui qui vient sonner toujours à la bonne heure. Enfin surtout à la mauvaise quand vous êtes sous la douche. Lui, tel un éléphant dans un magasin de porcelaine, sera le dégustateur idéal, qui sans hésitation aucune saura vous dire que c’est bien trop salé, poivré, sucré ou que sa femme, elle, réussit toujours ce plat.

C’est un dégustateur né, spécialiste du micro-onde et du Picon bière. C’est toujours l’heure de sa tournée, et a pour devise de ne jamais être en retard deux fois dans la même journée. Il arrive en retard mais il part en avance.

Alors, plutôt que de tomber dans un désespoir ultime, faîtes confiance à votre moitié.

2015 projet 52

Déguster fut donc le thème du projet photographique #2015projet52 organisé par Milie du blog C’est quoi ce bruit ? . Pour déguster, deux fourchettes valent mieux qu’une, et à l’heure où les repas de famille et de fêtes se profilent à l’horizon, je profite de cet article pour vous souhaiter d’excellentes fêtes de fin d’année, avec une forte pensée pour celles et ceux qui sont seul(e)s ou préfèrent oublier ce moment de l’année.

Pendant cette période, mes publications seront au ralenti, et mes traditionnelles questions de fin d’article seront en vacances bien méritées.

bernieshoot blogger photographe chroniqueur

Tag(s) : #Photos, #Avis

Partager cet article