Bernieshoot

Blog Webzine Toulousain éclectique et foisonnant où la qualité domine l’actualité.

Derrière la porte [The Paying Guests] - Sarah Waters

Derrière la porte [The Paying Guests] - Sarah Waters

Derrière la porte [The Paying Guests] - Sarah Waters

Derrière la porte

[The Paying Guests] 

Sarah Waters

 

Un drame sensuel et envoûtant

Derrière la porte [The Paying Guests] est un roman de Sarah Waters traduit de l'anglais par Alain Defossé. C’est une auteure que je découvre et je remercie les éditions Denoël de m’avoir permis de découvrir ce roman de la littérature anglo-saxonne.

Ce livre est dans la tradition de la littérature populaire anglaise des années 20. C’est un roman féminin et féministe dans la plus pure tradition anglaise.

Sarah Waters dresse un portait sensible, touchant envoutant de ces deux femmes Frances et de Lilian dans une période d’après-guerre où les hommes manquaient.

Le rythme est faussement lent, il va crescendo et en découvrant ces deux femmes au travers d’une écriture délicate de  ce qui au départ est une relation des plus empruntées entre logeuse et locataires mais qui va nous emmener largement au-delà de ces premiers instants.

C’est un amour douloureux entre Frances qui sentait son attirance pour les femmes et Lilian qui ne le soupçonnait pas, mais derrière la porte protégées du danger …

Les 700 pages pourraient être impressionnantes mais les rebondissements et l’envoutement créés par l’auteure rendent la lecture facile et agréable et j’ai refermé le livre sans vraiment me rendre compte du nombre de pages qu’il comportait, sans doute parce que je me suis retrouvé au centre de cette histoire et qu’à partir de là c’était comme si j’étais spectateur de ce drame.

Si vous ne connaissez pas la littérature anglo-saxonne ou si vous l’appréciez voilà un livre que vous pouvez noter pour vos lectures de l’été (ou avant d’ailleurs !)

 

Quatrième de couverture

704 pages

140 x 205 mm

ISBN : 9782207118962 / Gencode : 9782207118962

Code distributeur : B26620

Collection Denoël & d'ailleurs

Parution : 17-04-2015

Angleterre, 1922. La guerre a laissé un monde sans hommes. Frances, vingt-six ans, promise à un avenir de vieille fille revêche, habite une grande maison dans une banlieue paisible de Londres avec sa mère. Pour payer leurs dettes, elles doivent sous-louer un étage. L’arrivée de Lilian et de Leonard Barber, tout juste mariés, va bousculer leurs habitudes mais aussi leur sens des convenances. Frances découvre, inquiète et fascinée, le mode de vie des nouveaux arrivants : rires, éclats de voix, musique du gramophone fusent à tous les étages. Une relation inattendue entre Frances et Lilian va bouleverser l’harmonie qui régnait dans la maison. Dans les bras de Lil, Frances découvre des plaisirs qu’elle croyait interdits, et les deux jeunes femmes songent bientôt à tout quitter pour vivre ensemble. Mais lorsque Lilian découvre qu’elle est enceinte…

 

Sarah Waters

Sarah Waters est un écrivain britannique, née à Neyland, dans le comté de Pembroke (Pays de Galles) en 1966.

Sarah Waters a été élue « auteur de l’année » par le Sunday Times en 2003, elle a reçu le prix des Libraires et le British Book Awards (Auteur de l'année 2002).

 

Derrière votre porte

  • Aimez-vous la littérature anglo-saxonne ?
  • Aimez-vous les mélodrames ?
  • Avez-vous une liste de livres pour cet été ?

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

 

bernieshoot blogueur photographe chroniqueur

 

Traduction : un vrai oubli de ma part

additif

Vous le verrez dans les commentaires Alain Defossé le traducteur de ce roman a pris le temps de venir lire ma chronique et de laisser des commentaires.

J’ai pris la décision de faire cet additif car j’ai senti dans son message que, comme très souvent pour ne pas dire toujours, le rôle du traducteur n’est pas commenté et je me suis juste contenter de le nommer…

Bien sûr il ne s’agit pas d’une analyse technique de la traduction mais comme nous pouvons parler du style de l’auteur il doit et il est même surement possible d’apporter un regard similaire au style du traducteur.

Je n’ai pas lu la version anglaise de ce livre par contre ce dont je suis certain c’est que la traduction nous met totalement dans cette ambiance anglaise si particulière et les mots choisis permettent aussi de saisir l’esprit de l’écriture (par exemple sur le féminisme anglais).

Il est important pour moi de savoir évoluer quand je reçois des critiques constructives et je vais essayer dans mes futures chroniques de donner une vraie place au rôle de la traduction.

Je vous invite d’ailleurs à prendre le temps de regarder le nom du traducteur et à vous poser la question de la qualité de la traduction tout comme vous vous interrogez sur le style de l’auteur.

Merci Alain !

Par ailleurs cet article a été retenu comme sélection culture du jour par Hellocton. Un grand merci à la team hellocoton.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

 

bernieshoot blogueur photographe chroniqueur

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Hélène 09/10/2017 14:02

Bravo pour votre article. J'ai lu les commentaires sur la traduction. Sait-on pourquoi les trois premiers livres de Sarah Waters ont été traduits par Erika Abrams et les trois suivants par Alain Defossé ?

Bernieshoot 10/10/2017 07:16

Bonjour, je n'ai pas la réponse, peut être un choix de l'éditeur

ellerium 18/06/2015 08:21

J'ai fermé avec regret la dernière page du livre hier. Pressée de connaitre la fin sans avoir envie que ça s'arrête
J'ai vraiment aimé cette histoire, ces portraits de femmes de l'après-guerre 14 18 en Angleterre. Je me suis retrouvée dans l'atmosphère cosy des cottages anglais, m'attendant à rencontrer Agatha Christie ou ses personnages à chaque coins de rue ! ou presque
J'ai aimé, en plus de l'histoire dont l'intensité va crescendo et fait qu'on ne peut plus quitter le livre : la psychologie des personnages principaux, les deux héroïnes, analysée avec un indéniable talent, des femmes en particulier à cette époque Les descriptions des personnages et de l'environnement jamais ennuyeuses et qui font qu'on peut visualiser sans problème les intérieurs et extérieurs, les vêtements, les coiffures etc Je "vis" encore dans la maison et le jardin qu'on pourrait presque dessiner
Avec un fil conducteur dramatique et sentimental en parallèle, l'auteure nous fait un portrait de l'Angleterre du moment à travers la vie des femmes en particulier.
Ca m'a donné envie de lire les autres romans de Sarah Waters

Ellerium 02/06/2015 20:56

C'est simple, j'ai acheté et téléchargé le livre sur ma tablette en lisant ton article. Je commencerai à le lire samedi dans le tgv. Je retourne en Savoie.

Bernieshoot 09/06/2015 17:06

super, ton avis sera le bienvenue

Koalisa 01/06/2015 17:54

Je ne connais pas Sarah Waters, je note !

Bernieshoot 09/06/2015 17:06

elle est à découvrir

NanyFran 29/05/2015 05:24

Je ne connais pas ce genre de littérature, mais l'article donne envie, alors je note le titre. Merci et bon vendredi.

Bernieshoot 09/06/2015 17:07

à très vite

Elena800 29/05/2015 02:33

Bonjour, j'aime la littérature anglaise, pas forcément mélodramatique. Depuis que j'ai une liseuse je lis ce que je veux sans savoir combien de livres j'ai dévoré dans le mois mais beaucoup. Bon weekend !

Bernieshoot 09/06/2015 17:07

un bel appétit littéraire

Patrizia M. 29/05/2015 00:17

Non amo molto la letteratura inglese, ma se un libro merita, non disdegno di leggerlo.
Serena notte, Pat

Bernieshoot 09/06/2015 17:17

grazie Pat

Alain DEFOSSÉ 28/05/2015 20:57

PS : je n'attends pas, bien entendu, d'analyse technique d'une traduction. Mais louer le style d'un auteur sans du tout faire allusion au texte français, celui du traducteur, est une omission toujours un peu attristante pour celui-ci — et ô combien courante, en effet.

Bernieshoot 28/05/2015 21:29

Oui je comprends et je suis un peu désolé que mon silence sur votre traduction vous ait attristé. c'est vrai que j’ai réagi une seule fois dans mes chroniques à une traduction qui pour moi nuisait à la lecture.
Je suis preneur de critères pour parler de la traduction et encore une fois pas d’ud’un point de vue technique

Alain DEFOSSÉ 28/05/2015 20:52

C'est précisément ce que je voulais dire cher Bernie. Vous parlez élégamment du style de Sareh Waters, mais n'avez, comme trop souvent, pas dit un mot de la traduction "en soi". Je suis sur Facebook, sous ce nom.

Bernieshoot 28/05/2015 21:35

Ok je vais vous inviter, dommage de ne pas avoir une page sur la traduction

Alain DEFOSSÉ 28/05/2015 21:32

Pas de lien cher Bernie ! C'était juste un commentaire destiné à vous, et ma page Facebook est personnelle, et pas spécialement tournée vers la traduction. Cela dit je vous y invite très volontiers.

Bernieshoot 28/05/2015 21:25

Je vais ajouter un lien vers votre page Facebook. Très difficile de parler de la traduction sans avoir lu la version anglaise et je ne parle pas d’un aspect technique.
Il est clair qu’ici nous sommes dans l'atmosphère et la fluidité de la lecture en français est certainement due à votre traduction

Chiffons and co, blog Mode, Lifestyle, Voyage 28/05/2015 19:26

j'adore la littérature anglo-saxonne!

Bernieshoot 09/06/2015 17:17

moi aussi

adeline L 28/05/2015 18:07

ça a l'air d'être un roman vraiment preunant, je suis certaine que j'accrocherai bien

Bernieshoot 09/06/2015 17:18

alors laisse toi tenter

Alain DEFOSSÉ 28/05/2015 15:34

Merci mille fois d'avoir commenté et loué la traduction en soi de ce beau livre.

Bernieshoot 28/05/2015 20:35

Merci de votre visite et de votre commentaire, trop souvent le rôle du traducteur est oublié.
Avez vous un site, un blog ou une page Facebook afin que j'ajoute le lien

Renee 28/05/2015 14:55

C'est un gros livre mais si il est bien écrit (ce que tu dis) alors aucun souci ça ne me rebuterais pas. Bises

Bernieshoot 09/06/2015 17:18

oui l'écriture est fluide

celine 28/05/2015 14:42

pour ma part, pas de liste, des coups de coeur quand je passe chez mon libraire ou dans les vide-greniers. toutes les littératures me plaisent, pourvu que j'ai un coup de coeur pour l'histoire. par contre, je me suis déjà fait avoir par le résumé de 4ème de couverture très accrocheur et peu en rapport avec l'histoire. bises. celine

Bernieshoot 09/06/2015 17:19

oui ça peut arriver

Maria-Lina 28/05/2015 14:06

Bonjour Bernard, merci pour les infos!! Bise et bonne journée dans la joie et la tendresse!

Bernieshoot 09/06/2015 17:20

avec plaisir

pascalou59 28/05/2015 13:09

bonjour et bonne journée, j,adore les polaire e j,aime changer de registre bisous pascalou59

Bernieshoot 09/06/2015 17:20

parfait

nays 28/05/2015 12:13

hello Bernie

je peux dire oui pour les polars, vrai que je ne sors pas beaucoup de ce domaine :)
mélodrames oui s'ils sont psychologiquement tordus hihi
été ou pas pareil toute l'année

bonne journée
bises **

Bernieshoot 09/06/2015 17:21

le monde des polars est illimité

jean 28/05/2015 10:08

Pour dire vrai je n'aime pas trop la littérature anglaise, mais va savoir pourquoi peut-être un parti-pris ....
Bonne journée, bon week-end et je te dis à lundi... Jean

Bernieshoot 09/06/2015 17:21

parfois on ne sait pas

covix 28/05/2015 09:54

Bonjour,
Un thème qui pourrait m'intéresser, j'ai très peu lu de roman anglo saxon, le dernier que j'ai tenté, il dort sur un rayon de la bibliothèque,"L'espoir est une terre lointaine" je ne mords pas, trop de longueur, pourtant un fond historique, la marine à voile, l'aventure australienne, mais bon! peut être que j'y retrouverais comme pour "Les disparus" de Mendelsohm… que je reprends avec délice!
Bonne journée
@mitié

Bernieshoot 09/06/2015 17:22

peut être un nouvel essai alors

trublion 28/05/2015 09:09

je comprends dans l' intrigue, le côté délicat de la situation de ces deux femmes !
Les auteurs anglo-saxons que j' ai lu, sont morts depuis longtemps.
J' ai encore des ouvrages non lus dans ma bibliothèque !
Passe une bonne journée
Amitié

Bernieshoot 09/06/2015 17:24

là elle est bien vivante

tiot 28/05/2015 07:52

salut
d'après ce que tu dis c'est une bonne lecture pourtant j'aime pas ce genre de roman
bonne journée

Bernieshoot 09/06/2015 17:26

on ne peut pas tout aimer

missfujii 28/05/2015 07:21

Ce livre a l'air pas mal ! Il m'arrive de lire de la littérature britannique, il me vient à l'esprit Mrs Parkington de Louis Bromfield, Hurlevent d'Emily Brontë...Oui j'aime bien le charme ineffable du mélodrame que ce soit dans la littérature ou bien au cinéma. Non je n'ai pas de liste pour cette été,je n'aime pas anticiper car j'ai toujours envie de lire autre chose que ce qui est sur la liste

Bernieshoot 09/06/2015 17:26

alors pas de liste !

jill bill 28/05/2015 07:11

700 pages... une brique comme on dit... c'est en effet un mélodrame, non pas de liste Bernie !

Bernieshoot 09/06/2015 17:27

une très belle brique !

la nonna 28/05/2015 07:00

l'histoire me plait bien

Bernieshoot 09/06/2015 17:27

tu aimeras

dom 28/05/2015 05:35

Je n'aime pas trop la littérature (et les films) anglais.

Bernieshoot 09/06/2015 17:27

alors ...