Street Toulouse Novembre 2014

Street Toulouse Novembre 2014

La Note

Ce sacro saint (curieux dans l’école laïque) principe de la note est sans doute une des causes des échecs scolaires. Je ne vous dis pas que les notes ne servent à rien mais leur but est détournée et incompris. Une note sert à position le résultat d’une évaluation sur une échelle de valeurs. Dans notre système français les notes vont de 0 à 20 mais dans d’autres elles vont de 0 à 5 (chez les helvètes par exemple). La note permet également de différencier les résultats des uns par rapport aux autres. Avec des limites tout de même puisque deux élèves pourront avoir une même note pour des raisons différentes. Oui mais voilà l’objectif au départ est de savoir si l’élève a acquis ou non des connaissances et la note n’est pas faite pour ça. Imaginez un 15/20 c’est une bonne note me direz vous. Certes, peut être mais les 5 points perdus à quoi correspondent-ils ? Quels sont les objectifs que l’élève n’a pas compris ? La note n’y répond pas.

Photo de rue à Toulouse Novembre 2014

Photo de rue à Toulouse Novembre 2014

L’évaluation sommative

L’évaluation sommative est là pour répondre à cette question toute simple : l’élève a-t-il atteint les objectifs de la formation ? Elle se traduit par une réponse simple : oui ou non. Si c’est oui c’est parfait et il est alors possible de classer, si besoin,  avec un autre système les élèves. Si c’est non ça veut dire que l’élève n’a pas acquis les objectifs et qu’il doit bénéficier d’une formation additionnelle mais qu’en aucun cas il ne peut passer à l’étape suivante puisque les fondations ne sont pas solides. Pour bâtir un programme de formation nous devrions commencer par construire l’évaluation sommative puis monter une progression pédagogique pour atteindre le but final. Un exemple très simple si l’objectif de la formation est la table de multiplication par 7. A la fin l’évaluation sommative devra permettre de dire oui l’lève a acquis la table de multiplication par 7. Avec un système de note, avoir 15/20 à la table de multiplication par 7 ne veut rien dire et surtout pas que l’élève connait sa table de multiplication par 7 ce qui est au départ l’objectif de la formation.

Cliché de rue à Toulouse Novembre 2014

Cliché de rue à Toulouse Novembre 2014

L’évaluation formative

L’évaluation formative c’est la clé de voute d’une formation. Vous n’en avez jamais entendu parler ce n’est malheureusement pas surprenant. Dans une progression pédagogique il est important d’avoir des rendez-vous formatif pour avoir où en sont les élèves mais aussi pour mesurer votre dispositif de formation. Il s’agit à un moment défini d’évaluer l’ensemble des élèves pour savoir ce qui est acquis ou pas. Là encore il s’agira de répondre par oui ou non. Mais dans le cas d’un non nous pourrons identifier ce qui n’est pas acquis et apporter des mesures correctives individuelles à l’élève pour que le non devienne oui. Ceci voudra dire qu’il est au niveau attendu. C’est simple mais couteux car ces évaluations sont pointues à développer et la batterie de mesures correctives doit aussi être produite même si elle ne sert pas. Une autre raison, qui pourtant devrait être un atout, de la non mise en œuvre est que l’évaluation formative met en avant les failles de la formation. Reprenons l’’exemple de la multiplication par 7. Si tout une classe échoue à la question 7 * 8, cela signifie que votre formation a une lacune et donc elle oblige à remettre en cause l’enseignement ou l’enseignant. Il ne s’agit pas là de porter un jugement de valeur sur l’enseignant mais pour lui ce devrait être un moyen de revoir sa pédagogie sur ce point précis.

Image de rue de Toulouse Novembre 2014

Image de rue de Toulouse Novembre 2014

  • Quelle note me donnez-vous pour cet article ?
  • J’aime ou j’aime pas ?
  • Des axes de progression ?

 

vote hellocotonRendez-vous sur Hellocoton !

 

bernieshoot blogger photographe chroniqueur

Motard à Toulouse Novembre 2014

Motard à Toulouse Novembre 2014

Tag(s) : #Toulouse, #Tribune, #Badauds

Partager cet article